Troisième coup. Dans un éclair de lucidité, je vais vers mes disques et réussis avec chance à trouver les Carmina burana d’Orff assez rapidement dans le bac musique classique. “O Fortuna” pour les accueillir, j’espère qu’ils apprécieront.

Quatrième. Palabres rendues difficiles par la musique qui étouffe nos paroles.

Cinquième. Le bois cède peu à peu, s’enfonce, se fissure. Les hommes soufflent, ils vont être dans un état d’excitation extrême lorsqu’ils vont entrer. C’est désormais un combat violent qui s’apprête à avoir lieu dans endroit où ne devaient entrer que des esprits fins et poétiques. Coups, coups et coups encore.

Ma Bande Sonore