Archives de catégorie : Non classé

Une interview de Carlos Caszely

Carlos-CaszelyLue sur le site du Mundo, cette interview du célèbre attaquant chilien, artisan de la grande saga de Colo Colo en 1973.

A noter que, s’il est sans doute vrai que si Caszely fuit en Espagne (encore franquiste bien que la transition se précisait)  pour éviter des représailles après le 11 septembre 1973, son transfert vers le club de Levante, près de Valencia, semble avoir été décidé dès  juillet 1973. C’est-à-dire plus d’un mois avant le coup d’Etat, et ce alors que le joueur de 23 ans alors et proche du Parti Communiste, avait promis de ne pas quitter le Chili révolutionnaire, préférant œuvrer pour le football de son pays plutôt que de faire carrière en Europe. L’arbitrage probablement truqué de la finale de la Copa Libertadores contre Independiente de Avellaneda (Argentine), aura eu raison de d’un engagement que Juan n’hésite pas à rappeler à son ami français dès qu’il a l’information du transfert…

L’imagination de l’avenir de Marco Layera

L’imagination de l’avenir de Marco Layera, metteur en scène chilien de 37 ans (né, donc, après l’Unité populaire et le coup d’Etat) est une pièce de théâtre que je n’ai pas vue, ni lue, ni rien et dont je n’ai appris l’existence que grâce à sa présence au festival ‘In’ d’Avignon et à sur Internet. Puisqu’elle se déroule le 11 septembre 1973 et que Salvador Allende en est le personnage central, elle méritait que je la signale ici.

On pourra lire en espagnol deux interviews (vraiment) différentes, l’une dans The Clinic, en 2013, où le metteur en scène explique son projet : “Marco Layera, el director que cuestiona a Allende y la UP: ‘La juventud ya no se conforma con el mal menor’”, et l’autre sur le site de l’association du festival Teatro a Mil, en 2014 : “Marco Layera: ‘La imaginación del futuro es una obra generacional que divide aguas’”.

Ensuite, après avoir consulté la page officielle de la pièce sur le site du Festival d’Avignon qui permet de découvrir et le sujet et des photos suffisamment nombreuses pour l’imaginer un peu, voici quelques critiques françaises glanées ici et là sur Internet :

Pour Le Figaro Armelle Heliot écrit le 22.07.2014 :

pas très sérieuse La Imaginación del futuro (…) par une troupe chilienne sous la direction de Marco Layera pour qui le théâtre est impuissant à rendre compte du monde. On se demande alors pourquoi il imagine une fable assez faiblarde dont le personnage principal est un Salvator Allende entouré d’une équipe de communication hyper-active. C’est farcesque et énergique, et il est intéressant de plonger dans la vision d’un artiste qui a vécu son enfance sous la dictature.

« Faiblard » mais « intéressant », donc…