Hommes et femmes engagés dans le Chili de 1973

Lorsque l’histoire d’un pays connait des grands bouleversements, elle rattrape de force, de fait, sans accorder de passe-droit, tous les gens qui y vivent, et les engage à sa façon de le flot des événements. Tous les hommes et femmes ci-dessous ont choisi de participer volontairement à la destinée de leur pays et on pourra les retrouver dans DBCDF.

Principaux partis politiques et groupuscules para-militaires

Sur un axe gauche – droite[1] :

Mouvement de Gauche Révolutionnaire (MIR[2]) (FTR) – Parti Communiste Révolutionnaire Drapeau RougeParti Socialiste* – Mouvement d’Action Populaire Unitaire* – Gauche ChrétienneParti Communiste* – Parti Démocrate Chrétien** – Mouvement gremialiste – Parti National** – Patrie et liberté.

* Regroupés au sein de l’Unité Populaire | ** Regroupés dans la Confédération Démocratique (CODE) dès la fin 1972.

Groupes catholiques au Chili (par ordre alphabétique)

Chrétiens pour le socialismeOpus DeiThéologie de la libération

Individus

Liste des personnes ayant existé, citées dans le texte.

Ordre alphabétique

Allende, Salvador ; Allende, Beatriz ; Altamirano, CarlosAylwin, Patricio ; Castillo, Carmen ; Castillo Velasco, Fernando ; Chonchol, Jacques ; Contreras, Miria ; Debray, Régis ; Dubois, Pierre et Dupuy Pierre ; Edelstam, Harald ; Edwards, AgustínEdwards, Jorge ; Enríquez, Miguel ; Flores, Fernando ; Fontaine Talavera, Arturo ; Frei Montalva, Eduardo ; Gaitán Gloria ;  Garretón, Oscar Guillermo ; Gazmuri Jaime ; Guzmán, Jaime ; Hasbún, Raúl ; Ibañez, Paco ; Jara, VíctorKalfon, Pierre ; Labbé, Alberto ; Menthon, Pierre (de) ; Millas, Orlando  ; Neruda, Pablo ; Parra, Bosco ; Pinochet, AugustoPrats, Carlos ; Revel, Jean-François ; Thieme, Roberto ; Tomic, Radomiro ; Touraine, Alain ;

Classés par partis ou groupes d’appartenance

Unité Populaire

Neruda, Allende et Teitelboim à Isla Negra
  • Salvador Allende, Président de la République chilienne de 1970 à 1973
  • Carlos Altamirano, secrétaire général du Parti Socialiste chilien
  • Beatriz Allende, fille de Salvador Allende et sa collaboratrice à La Moneda bien qu’appartenant à l’ELN et au MIR.
  • Carmen Castillo, membre du MIR, fille du recteur de l’Université catholique et
  • Jacques Chonchol, ministre de l’agriculture pendant deux ans
  • Miria Contreras, la Payita, secrétaire et maitresse de Salvador Allende.
  • Miguel Enríquez, MIR
  • Fernando Flores, ministre
  • Gloria Gaitán, fille d’un candidat à la présidence de Colombie assassiné, et maîtresse de Salvador  Allende en 1973.
  • Oscar Guillermo Garretón, MAPU
  • Jaime Gazmuri, MAPU-OC
  • Orlando Millas, ministre communiste
  • Pablo Neruda, poète et ambassadeur du Chili en France jusqu’en décembre 1972
  • Bosco Parra, Gauche chrétienne (IC)

Divers sympathisants de l’Unité Populaire

  • Jorge Edwards, diplomate et écrivain chilien, ami de Pablo Neruda et son second à l’ambassade du Chili en France entre 1971 et 1972.
  • Paco Ibañez, chanteur espagnol
  • Víctor Jara, chanteur chilien engagé, tué au Stade du Chili quelques jours après le coup d’Etat
  • Ariel Dorfman, sociologue

Parti Démocrate Chrétien

Forces armées

  • Carlos Prats, Chef des Armées du 6 novembre 1970 au 23 août 1973, plusieurs fois ministre sous l’Unité Populaire
  • Augusto Pinochet, successeur de Prats en tant que Chef des Armées le 23 août 1973, puis membre de la Junte dès le 11 septembre 1973
  • Tous les militaires en activité croisés dans le texte

Hommes d’Eglise au Chili

  • Pierre Dubois, prêtre français qui vivait à Coronel (puis à la poblacíon La Victoria à Santiago entre 1983 et 1986)
  • Pierre Dupuy, prêtre-ouvrier français à Valparaíso
  • Raúl Hasbún Zaror (le « Curé Hasbún »), directeur exécutif de la Corporation de la Télévision de la Pontificia Universidad Católica de Chile entre 1972 et 1974, et un des principaux représentant de l’Eglise catholique anti-Unité Populaire
  • Raúl Silva Henríquez, cardinal et archevêque de Santiago de 1961 à 1983

Opposition à l’UP

Autres français et belges au Chili à l’époque

Pierre de Menthon (ambassadeur de la France à  Santiago)
Pierre de Menthon (ambassadeur de la France à Santiago)

(Tous sympathisants de l’UP ou bienveillants avec Allende et sa politique)

  • Régis Debray, agrégé de philosophie et rescapé de la guerrilla guevariste.
  • Alain Joxe, sociologue
  • Pierre Kalfon, professeur à l’université du Chili et correspondant du Monde sous le pseudo de Pierre Laffonques
  • Alain Labrousse, sociologue
  • Pierre de Menthon, ambassadeur de France à Santiago entre 1972 et 1974
  • Alain Touraine, sociologue
  • Armand Mattelart, sociologue
  • Etienne Pesle, technicien spécialisé dans les coopératives au sein de l’Institut National pour le Développement de l’Agriculture et de la Pêche, à Temuco.

Divers

Photo d’en-tête : une copie d’écran de la Bataille du Chili de Patricio Guzmán

  1. [1]malgré la fausseté d’une telle représentation
  2. [2]I pour Izquierda ; respectant l’usage les sigles restent en espagnol dans le texte