La famille Allende et le suicide

"Tati" et Salvador Allende
« Tati » et Salvador Allende

Dans son palais de la Moneda encerclé par les chars, Salvador Allende, sur le point d’être arrêté, se suicide le 11 septembre 1973. À ses côtés, des membres du Grupo de Amigos del Presidente (GAP), pratiquement tous Cubains. Parmi eux Patricio et Tony de La Guardia, les amis d’Alina. Les jumeaux parviennent à s’enfuir et à se réfugier à l’ambassade de Suède. À leur retour à Cuba, le Lider Máximo, radieux et fier de ses hommes, les reçoit comme des héros. Pourquoi donc ? Leur rôle n’était-il pas de protéger la vie de Salvador Allende ? La révolution chilienne est un fiasco et pourtant Castro applaudit à tout rompre. Ce naufrage prouve en fait qu’il avait raison : la voie démocratique est « sans issue »…

La légende raconte que le président chilien se serait donné la mort avec la mitraillette AK47 que lui aurait offerte Castro au cours d’un séjour à La Havane. Voilà une bien étrange manière de se suicider. Aujourd’hui encore, l’énigme n’a pas été dissipée. Allende s’est-il vraiment donné la mort ? Les pires rumeurs circulent, selon lesquelles le président n’aurait pas été abattu par des soldats chiliens, mais par des hommes des services spéciaux cubains afin d’en faire un martyr utile à la cause révolutionnaire, un « Guevara en costume trois-pièces ». Absurde ? Quelques faits troublants viennent épaissir le mystère. Quelques mois après la mort de son père, Beatriz Allende, en exil à Cuba, s’est suicidée d’une balle dans la tête avec l’arme de son époux. Elle a été suivie de près par sa tante Laura, sœur de Salvador Allende, elle aussi en exil à La Havane, qui s’est jetée par la fenêtre d’une chambre du onzième étage, face à la mer. Quel lourd secret ces deux femmes ont-elles emporté avec elles ?

Serge Raffy, Castro l’infidèle [2003], 481

Une réflexion au sujet de « La famille Allende et le suicide »

  1. C’est en effet une probabilité. Castro a tenu un discours de cinq heures au Stade National en 1971 (j’y étais). Il venait surtout animé d’un but personnel.
    Il a « lâché » Allende. Cet épisode de l’histoire reste obscur, les responsables de cet attentat étant encore en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *