Notes de second niveau de la 1ère partie

< Document téléchargeable à venir, en attendant on peut tout consulter sur Internet >

Version du 16 décembre 2016.

  1. Dans Dits et écrits I, Gallimard, coll. Quarto, 2001, 688.
  2. KALFON Pierre, [1998] Allende. Chili : 1970-1973, Biarritz, Atlantica, 246.
  3. (I) « Cette année le pays a eu un des septembres les plus pluvieux de la dernière décade. 13,4 millimètres lors des dernières 24h. Les pluies tombées samedi et qui continuèrent la nuit, causèrent de sérieux dégâts dans certains secteurs populaires. (…) Beaucoup de fondas et ramadas ne purent être inaugurées et celles qui réussirent à être installées ont été fortement détériorées. De toute manière, les pronostics pour les prochaines heures permettront de savoir si ce 18 septembre continuera d’être pluvieux ou pas » [El Mercurio du 18/09/1972, 8].
  4. « Le Chili nationalisa les compagnies cuprifères nord-américaines. On basait cette mesure sur le fait que durant cinquante ans, deux de ces entreprises, la Kennecott et l’Anaconda, avaient rapatrié aux USA leurs profits [réalisés] au Chili, ceux qui étaient considérés abusives par le gouvernement. La compensation se calcula sur un nouveau concept de nationalisation des ressources naturelles : la dénommée Doctrine Allende, qui introduit la notion de « bénéfices excessifs » [ou « utilités excessives », NdE], lesquels comprenaient le calcul total des investissements et rentes étrangers, comptabilisant les crédits et les débits depuis le point de vue de l’économie du pays qui réalisait la nationalisation, au lieu de l’entreprise expropriée. On estimait la valeur des actifs étasuniennes nationalisées à 400 millions de dollars. Les investissements additionnels d’autres qui allaient jusqu’à environ 210 millions de dollars furent simplement pris sur la base de l’intervention ou réquisition. En forme additionnelle, le gouvernement chilien acheta des actifs correspondant à près de 70 millions de dollars en transactions commerciales normales » [Israel Zipper 2006, 161]. Allende explique aussi ce calcul dans son discours du 4 décembre 1972 à l’ONU : « Nous voulons que chacun comprenne clairement : nous n’avons pas pris des mesures confiscatoires pour les sociétés étrangères qui exploitaient les ressources minières de cuivre. Bien sûr, conformément aux dispositions constitutionnelles, nous avons réparé une injustice historique, en déduisant de leur indemnisation [en échange de la nationalisation] les bénéfices perçus par eux allant au-delà de 12%, à partir de 1955.Les profits réalisés au cours des quinze dernières années quelques-unes des entreprises nationalisées étaient si exorbitants, qu’à leur appliquer la limite raisonnable de 12% de profit de par an, ils ont été touchés par des déductions [de leur indemnisation].Tel est le cas, par exemple, pour une filiale de la Compagnie Anaconda, qui entre 1955 et 1970 au Chili a réalisé un bénéfice de 21,5% de la valeur comptable moyenne annuelle, tandis que les bénéfices d’Anaconda dans d’autres pays ne représentaient que 3, 6% par an. De même d’une filiale de la société Kennecott Copper, à la même période, qui a obtenu au Chili une valeur moyenne de 52,8% par an, avec, quelques années, des bénéfices incroyables allant jusqu’à 106%, en 1967, 113% en 1968 et plus de 205% en 1969.Les gains moyens de la Kennecott dans d’autres pays atteignaient, dans le même temps, moins de 10%. Toutefois, l’application de la Constitution a déterminé que les entreprises de cuivre ne seraient pas assujetties aux retenues sous la forme de profits excessifs dès lors que leurs bénéfices ne dépassaient pas la limite raisonnable de 12%. »
  5. Ce que ne manquèrent pas de noter les Français eux-mêmes en 1971 : « j’entendais les fonctionnaires français commenter avec étonnement : les gens qui renégocient la dette extérieure du Chili sont un poète et un écrivain » [Edwards 1990, 249].
  6. « Mais plus gênants encore et plus difficilement défendables que les alinéas, les tirets, les deux points et les guillemets, sont les monotones et gauches : dit Jeanne, répondit Paul, qui parsèment habituellement le dialogue (…) : ils deviennent (…) une encombrante convention. […] Tantôt [les romanciers] essaient d’escamoter ce malencontreux « dit Jeanne », « répliqua Paul », en faisant suivre à tout instant le dialogue par le plus factice encore, et qu’aucune nécessité interne, on le sent, n’exige : Jeanne sourit : « je vous laisse le choix » ou : Madeleine le regarda : « C’est moi qui l’ai fait ». N. Sarraute, L’ère du soupçon, éd. Gallimard, nrf, 3ème éd., 1956, 105-107. Ici, une reculade.
  7. Ceux qui chercheront des dialogues totalement réalistes n’ont qu’à aller dans la rue et tendre l’oreille, ou dans un train et être attentifs à ce qui se raconte. Essayons, au moins en littérature, de relever le réel d’un ton…
  8. Il s’agit d’un accord entre la CORFO et Peugeot pour produire au Chili des voitures de taille moyenne [El Siglo, 17/09/1972 + 19/09/1972, 11 (publicité)]
  9. 38 aujourd’hui.
  10. Actuelle Calle Salvador Allende, depuis 1997.
  11. Sur les JAP : Gaudichaud 2013, 84-87.
  12. Cf. El Siglo, 17/09/1972, 6.
  13. Pour l’ensemble des informations concernant cette matinée, cf. El Mercurio du mardi 19/09/1972, 1.
  14. « Groupe des Amis du Président », ou la garde personnelle composée d’abord de membres du MIR (Mouvement de Gauche Révolutionnaire / Movimiento de Izquierda Revolucionar, proches de la ligne cubaine, c’est-à-dire prônant la lutte armée) et du PS, puis, en 1972, du PS seul. Créée initialement pour protéger le futur Président avant son éventuelle prise de fonction, cette garde n’avait pas vraiment d’existence officielle, d’où des problèmes récurrents avec le personnel militaire chargé officiellement de la sécurité du premier dignitaire.
  15. « En novembre 1970, le président Salvador Allende sollicita l’incorporation d’autres confessions chrétiennes à la cérémonie du Te Deum à partir de 1971, lui donnant ainsi un caractère œcuménique conservé jusqu’aujourd’hui. » Wikipedia ES, “Fiestas Patrias en Chile”, 21/10/2010 à 16:39.
  16. Pseudonyme de Pierre Kalfon, dont on peut retrouver les articles de l’époque dans KALFON Pierre, [1998] Allende. Chili : 1970-1973, Biarritz, Atlantica.
  17. 90 km/h indique El Mercurio du mardi 19/09/1972, 13.
  18. Pour toutes les informations concernant ce parc, cf. El Mercurio du lundi 18/09/1972, 13.
  19. La première, de centre-droit après avoir été positionnée plus au centre-gauche en 1970 sous l’impulsion de Radomiro Tomic, est dirigée par Frei puis Aylwin ; le Parti National, regroupe les conservateurs et, de manière très minoritaire, des libéraux.
  20. El Mercurio du dimanche 17/09/1972,24.
  21. El Mercurio du 17/09/1972, 25.
  22. El Mercurio est le plus vieux journal chilien, le plus tiré, sans doute le plus important, mais très clairement de droite. C’est un peu Le Figaro qui aurait la puissance de vente du Monde, dans la France pré-généralisation d’Internet.
  23. El Mercurio du 17/09/1972, 27.
  24. Cf. la page consacrée aux Fiestas Patrias 1972 sur ce site.
  25. Il s’agit du député Gustavo Lorca (PL) qui ne voit dans la mesure, « malgré un fort machisme au sein de l’UP », qu’une mesure de propagande, cf. “Rechazo al Proyecto De Servicio Feminino”, El Mercurio du 19/09/1972, 14.
  26. El Mercurio, 19/09/1972, 3.
  27. Rentrée avancée de 5 jours par rapport à ce qui était prévu, puisque les vacances scolaires des Fêtes de la Patrie (Fiestas Patrias) avaient, elles aussi, étaient avancées de 5 jours en raison des troubles estudiantins, afin de faire rentrer tout le monde chez soi et éviter d’autres heurts.
  28. El Mercurio, 20/09/1972, 7.
  29. El Siglo, 21/10/1972, 15.
  30. Ça l’est toujours en 2013.
  31. El Siglo, 23/09/1972, 7. Le poste d’intendant, créé au XIXème siècle par voie extra-constitutionnelle par Diego Portales, étaient (et sont toujours) « des agents directement liés au Président de la République, nommés par ce dernier, responsables devant lui et ayant pour principale tâche d’accomplir ses ordres », ZAMORANO-GUZMAN Cristián A., [2008] « Centralisme portalien, concepts schmittiens et carences de légitimité de la Constitution chilienne de 1980 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne], 16 | 2008, Publié le 1er décembre 2009, consulté le 08 novembre 2013. URL : http://alhim.revues.org/3094.
  32. El Siglo, 23/09/1972, 7.
  33. El Siglo, 23/09/1972, 7.
  34. El Mercurio, 23/09/1972, 3.
  35. Notons que le Siglo donne, après la convocation au meeting, une liste de groupes dont les membres « doivent y assister »…, El Siglo, 25/09/1972, 6.
  36. Le 04 octobre 1972, la Kennecott, une des entreprises américaines expropriées sans compensation par le gouvernement, obtient une décision conservatoire d’embargo sur une cargaison de cuivre par un tribunal de Paris.
  37. Cf. note 1. Il s’agit de la même affaire de non-compensation des entreprises étasuniennes expropriées par le Chili en 1971.
  38. El Siglo, 9/10/1972, 2.
  39. El Siglo, 11/10/1972, 4.
  40. « Campagne pour l’élection sénatoriale de l’ex-colonel Alberto Labbé qui veut « expulser du pays jusqu’au dernier marxiste », El Siglo, 9/10/1972.
  41. Il s’agissait de Luis Torres.
  42. DEBRAY Régis, [1971] Entretiens avec Allende sur la situation au Chili, Paris, François Maspero.
  43. Difficile de savoir d’où Juan tire ce chiffre. Carlos Prats les évalue à 30 000 [Prats 1973, 177] et Mónica González évoque 100 000 morts [González 2012, 148].
  44. Pablo Neruda raconte [Neruda 1973, 409] qu’Andrés Zaldívar, ministre des finances du Chili sous Frei, avait assuré Radomiro Tomic que le pays n’en avait plus que pour quatre mois avant la banqueroute. La DC accusa ensuite l’UP d’une déroute économique qui lui préexistait pourtant… Néanmoins : « en 1971, l’augmentation relative de l’offre fut possible entre autres raisons grâce à l’accumulation de produits durant la dépression qui avait eu lieu dans les dernières années de l’administration Frei, la disponibilité de réserves étrangères qu’il avait laissé au gouvernement Allende et que celui-ci avait à disposition lorsqu’il assuma le pouvoir » [Israel Zipper 2006, 205].
  45. En effet, du Parti National au PS, l’ensemble du pays avait voté la nationalisation des ressources minières en juillet 1971.
  46. (II) Le marché noir existait avant la politique économique de l’Unité Populaire, évidemment, mais était très marginal : « Ce marché parallèle ou illégal atteint de tels niveaux, qu’il est certain que ce trafic impliquait une échelle d’organisation qui ne peut s’expliquer simplement par la spéculation individuelle, puisqu’il fallait non seulement avoir accès à des sources d’approvisionnement, un réseau de transport et de stockage à grande échelle » [Israel Zipper 2006, 214].
  47. « A la fin de 1972, un nombre croissant de familles appartenant à la classe moyenne basse commença à voir une perte de son niveau de vie, [à cause] du marché noir ; ce fut peut-être le groupe le plus affecté d’un point de vue économique, et en termes politiques, il eut tendance à en accuser le gouvernement. » [Israel Zipper 2006, 213].
  48. « La politique consistant à maintenir les prix [de leurs produits] à un niveau artificiellement bas, eut pour conséquences pour les entreprises ayant rejoint l’Aire [de Propriété] Sociale [ou nationalisées], [alors qu’elles] avaient été très rentables dans les mains du privé, vendaient désormais à perte. Dans le secteur privé, le gouvernement avait imposé de stricts contrôles des prix, avec pour argument que la réduction des marges serait compensée par la hausse des ventes. [Israel Zipper, 202] Les prix que stipulaient les entrepreneurs étaient contrôlés de forme administrative, de sorte qu’ils résistaient aux politiques du gouvernement, et pour défendre leurs bénéfices ou même seulement pour la survie économique de leur entreprise, ils exerçaient des pressions sur les prix du marché, ce qui aussi contribuait à une hausse généralisé [des prix]. Pour le dire autrement, le contrôle politique des prix cherchait à arrêter l’ascenseur, mais les prix se libéraient en montant par les escaliers [Id., 206].
  49. La baisse du taux de chômage pendant l’Unité populaire, passant de 6,3% à 3,5 en 1972, était due en grande partie à l’embauche d’employés dans les agences gouvernementales du pays, dans les entreprises étatisées et dans les universités. Le personnel de la CORFO passa, par exemple, de 600 à 8000 personnes durant le gouvernement Allende [Medina 2013, 159n303 et 289n579 ; Salinas]. Cf. aussi Fontaine Talavera et Pino 1997, 1:329-331.
  50. La « Papelera » est de loin la plus importante entreprise (privée) à produire du papier-journal dans le pays. Le projet de nationalisation (en devenant actionnaire majoritaire via le rachat d’actions) [Kalfon 1998, 80] de cette entreprise-clef – possédée par la famille de l’ancien président conservateur Alessandri [Angeles Crummett, 106n9] –, fait ainsi craindre à l’opposition un pas important vers le contrôle des medias, et un grand saut vers le totalitarisme.
  51. « Après de s’être vue réduite de 34,9% à 22,1% en 1971, l’inflation devint hors de contrôle durant l’année 1972, montant jusqu’à 163,4%. […] Tant pour les économistes libéraux que conservateurs, le problème de l’inflation était devenu si grave qu’il ne pourrait se solutionner qu’au prix d’une hausse sévère du chômage (un prix politique que le gouvernement n’était pas préparé à payer) ou d’une augmentation massive de la dette externe (qui aurait été probablement [acceptée en contrepartie] d’un programme d’austérité demandé par le Fond Monétaire International, ce qui, dans la pratique, impliquait la fin de tout changement révolutionnaire). Il se trouvait une troisième alternative qui ne pouvait non plus mettre en place le gouvernement, puisqu’il dépendait de la résolution préalable du problème du pouvoir : la planification socialiste. » [Israel Zipper 2006, 202]
  52. Prats 1973, 297.
  53. Le général Héctor Bravo, chef de la zone de sécurité (zona de emergencia), impose un cadenas sur les antennes le 12 dans la nuit. Cf. Prats 1973, 299.
  54. El Siglo, 09 et 10/10/1972.
  55. En 1970, « l’Aire de Propriété Sociale devint l’axe dominant [de l’économie chilienne]. […] Selon le plan basique de l’UP, la politique de stimulation de la consommation et de transformations économiques pendant la première année de gouvernement, devait être prolongée les années suivantes par une politique d’investissements et d’augmentation de la production. […] L’augmentation de la consommation privée et sociale du secteur populaire était un des objectifs principaux du nouveau gouvernement. Les buts étaient d’augmenter la production et la demande de manière simultanée, et pour réussir ceci (…) diminuer de façon drastique le chômage, effectuer une redistribution à grande échelle des ressources en faveur des salariés et réduire l’inflation par le moyen de l’augmentation de l’offre (abastecimiento), tout en adoptant des mesure administratives pour contrôler les prix de la plupart des produits. » [Israel Zipper 2006, 35-37].
  56. [1] Il a été décidé arbitrairement que Juan travaillait dans le bâtiment de l’Université Catholique qui se trouve sur l’Alameda, parce que bâtiment est très beau et central. Pour ces deux raisons il fallait que Juan y travaille au quotidien, quitte à violenter la réalité des faits. On n’a même pas pris vraiment le soin d’aller vérifier au cas où celle-ci s’accordait avec cette volonté, ayant estimé que ce roman n’avait pas besoin que le réel lui donne raison, qu’on ne s’abaisserait pas à avoir son imprimatur. C’est comme ça. Chacun a sa part de mensonges volontaires, la décence ici est de vous révéler celui-ci. Cela dit, d’une part il n’est jamais où Juan donne ses cours et il peut très bien se trouver dans le bâtiment pour toute autre chose, et d’autre part les fanatiques de la vérité pourront s’inventer ce qu’ils veulent : que Juan a obtenu un passe-droit et délocalisé ses cours, qu’ils donnent ses cours à des petits groupes un peu en cachette, qu’il n’est pas professeur officiel à l’Université Catholique mais missionnée par elle pour animer une société secrète, etc. Soyez un peu imaginatifs !
  57. El Siglo, 13/10/1972, une.
  58. El Siglo, 13/10/1972, 3.
  59. El Siglo, 13/10/1972, une.
  60. El Siglo, 14/10/1972, une.
  61. « Les moyens de communication de l’UP généralisèrent l’usage du terme fascisme au point que chaque manifestation d’opposition au gouvernement devenait fasciste. Il est vrai que le fascisme était une alternative, mais c’était une erreur d’identifier de manière automatique toute opposition au programme de l’UP comme fasciste ; pour cette raison la généralisation de l’usage de ce terme fit du fascisme une abstraction que n’arrivait à convaincre personne du côté de l’opposition » [Israel Zipper 2006, 131].
  62. Gaudichaud 2004, 332.
  63. Liste donnée dans Gaudichaud 2004, 172.
  64. Sur Alusa plus précisément, cf. le témoignage de Carlos Mujica dans Gaudichaud 2004, 135 et s.
  65. “Gran triunfo de Geka y Cordón Vicuña Mackenna”, La Aurora de Chile n°27, 24/06/1973, 2.
  66. Plusieurs organisations françaises (dont la CFDT, le PCF, et le PS) organisèrent une manifestation au Havre, le 13 octobre 1972, de soutien au Chili. El Siglo, 14/10/1972, 6.
  67. En effet le groupe de dix économistes (José de Castro, Pablo Baraona, Manuel Cruzat, Sergio Undurraga, Andrés Sanfuentes, Emilio Sanfuentes, Juan Braun, Juan Villarzú, Alvaro Bardón et José Luis Zabala [Valdés 2008, 250]) est rassemblé par Sergio Undurraga, Emilio Sanfuentes et Alvaro Bardón, se réunit depuis août 1972 [Fontaine Aldunate 1988, 18], deux mois déjà.
  68. Les ‘Chicago Boys’ savaient qu’ils travaillaient pour les militaires [Fontaine Aldunate 1988, 18].
  69. Gaudichaud 2004, 80.
  70. Valdés 2008, 21.
  71. El Siglo, 14/10/1972, 3.
  72. El Siglo, 16/10/1972, 4 (gauche).
  73. Depuis le 4 du mois précisément. El Siglo, 30/10/1972, 5 (publicité).
  74. Prats 1973, 301.
  75. El Siglo, 16/10/1972, 5.
  76. « “Qu’importe qui parle ?” En cette indifférence s’affirme le principe éthique, le plus fondamental peut-être, de l’écriture contemporaine. L’effacement de l’auteur est devenu, pour la critique, un thème désormais quotidien. » FOUCAULT Michel, [1969] « Qu’est-ce qu’un auteur ? », dans Dits et écrits, Gallimard, coll. Quarto, vol. I, 2001, 817. Il se pourrait que, pour aller plus loin, il faille jusqu’à estomper les frontières des personnages, les fondre dans la structure où ils se débattent, ombres, discours sans corps, « comme un cri cherche une bouche » [Dominique A., « Par l’Ouest »], à lutter vainement pour un peu d’identité fragile, enroulée sur un lieu vide, des hommes. Mais n’est-il pas, l’Homme, mort et rangé déjà sur l’étagère de nos vieilles métaphysiques usées ?
    Il paraît que depuis l’Outre-Monde le philosophe français a adoré ce texte. Tu peux donc l’aimer aussi, camarade !
  77. « Violence dans le centre de Santiago », El Mercurio du 19/10/1972, 19.
  78. El Siglo, 19/10/1972, 3.
  79. El Siglo, 19/10/1972, 5.
  80. « En 1971, l’Etat acheta une maison d’édition privée qui fut à l’origine des Editions Quimantú, lesquelles devinrent le centre des activités de l’UP. En deux ans douze millions de livres, revues et documents (parmi lesquels huit millions de livres), incluant des journaux (líneas) de grandes diffusions qui se spécialisèrent dans l’analyse sociale. Chaque semaine de grandes œuvres littéraires été éditées et vendues très peu cher et en plus d’une occasion elles furent épuisées le jour même de leur sortie. Ce succès avait une seule explication et était très positive : pour la première fois ce type de culture se mettait à la portée des masses, qui répondaient avec enthousiasme, bien que le souci de rentabilité commerciale était totalement secondaire pour les objectifs de l’UP. Le fait que Quimantú stimulât la création de bibliothèques de syndicats et d’organisations communautaires était encore plus important pour elle, puisqu’à travers l’approvisionnement de livres à petit prix, la gauche réussit à progresser idéologiquement grâce au matériel qui se rendit ainsi disponible pour les ouvriers. » [Israel V. 2006, 117]
  81. El Siglo, 19/10/1972, 10.
  82. Publicité pour la CORFO visible dans El Siglo en octobre 1972.
  83. Fernando Castillo-Velasco. On reparlera de lui.
  84. Celui que l’on trouve dans le Banquet de Platon et les Mémorables de Xénophon.
  85. El Siglo, 19/10/1972, 5.
  86. « La communauté universitaire réaffirme son soutien à la grève», El Mercurio du 21/10/1972, 24. LA communauté étudiante est bien sûr un abus de langage et une manipulation puisque ceci ne concerne que les universités catholiques…
  87. El Siglo, 21/10/1972, 9.
  88. El Mercurio, 15/10/1972, 31.
  89. El Siglo, 22/10/1972, 9.
  90. El Siglo, 21/10/1972, 7.
  91. La première opinion vient Clarín, alors que deuxième vient de La Nación, cf. El Mercurio du 19/09/1972, 3.
  92. El Mercurio du 21/09/1972, 3.
  93. El Mercurio du 22/09/1972.
  94. La Nación étant un journal (de gauche, gouvernemental) à faible tirage, c’est donc illégal.
  95. Providencia, Las Condes, Vitacura.
  96. El Siglo, 21/10/1972.
  97. Jean vit et comprend quelque chose qu’exprime Mario Olivares, jeune militant du MIR, à Franck Gaudichaud : « Nous devions être intègres, avoir une discipline. Je peux te raconter des choses bien particulières. Par exemple, il nous était interdit, pour ainsi dire, comme militants du MIR, lorsque nous étions sur le front de la lutte, en pratique (quehacer) et concrètement (…) d’avoir une vie de couple avec ta partenaire, ni même marcher main dans la main avec elle, [ou t’afficher avec elle] si tu étais de garde dans un lieu déterminé. Les relations sexuelles étaient pratiquement interdites, [puisque] si deux camarades dormaient une nuit, lors d’une occupation, dans le même sac de couchage, ils étaient repris [cuestionados], et s’il s’était passé quelque chose ceci était mis en question [cuestionado] au sein du parti où tu militais. » [Gaudichaud 2004, 176] Point légèrement contredit par Tomás Inostroza : « lorsqu’il y avait une occupation (toma) les dirigeants venaient y collaborer, ils venaient avec leur tente, ici venait la fine Alejandra, qui était une dirigeante du MIR très bonne au lit, elle couchait avec les dirigeants » [Id., 234] Plus loin vient un témoignage personnel : « comme je n’avais pas mangé à midi, une amie à moi qui vivait à côté, vint m’apporter de la nourriture. Et [ainsi] le 11 septembre à cette heure-ci, nous étions en train de tirer un coup. […] Cette fille était une bonne camarade de ce temps bien qu’elle fut mariée depuis peu. Les camarades ne manquaient pas, du MIR j’avais une autre camarade qui était très bonne au lit, la fine Alejandra, il y avait des femmes qui avaient une certaine propension (amplitud), une certaine liberté aussi, à coucher avec qui elles voulaient au moment où elles voulaient, c’était comme ça. [Id., 238]
  98. Du moins d’après Gaudichaud 2004, 80.
  99. El Siglo, 22/10/1972, 4.
  100. El Siglo, 22/10/1972, 6.
  101. El Siglo, 23/10/172, une.
  102. El Siglo, 24/10/1972, 12.
  103. El Siglo, 25/10/1972, une.
  104. El Siglo, 26/10/1972, 9.
  105. El Siglo, 27/10/1972, 3.
  106. Les mots entre les guillemets sont de Daniel Vergara, sous-secrétaire à l’Intérieur ; El Mercurio, 17/10/1972, 13.
  107. « Le PDC assumera la défense des étrangers affectés », El Mercurio du 19/10/1973, 3.
  108. El Mercurio du 20/10/1973, 3, rappelle l’illégalité des mesures que devraient prendre le gouvernement s’il allait au bout de ses menaces.
  109. El Siglo, 26/10/1972, 5.
  110. El Siglo des 28-29-30-31/10/1972.
  111. Agustín fait ici clairement référence au livre de Lénine, La maladie infantile du communisme de 1920.
  112. Gaudichaud, 161 et 166 : il y avait des conflits très grands entre le MIR et le PC, les communistes étant disciplinés et sérieux. Et parfois des bagarres…
  113. Agustín devance la position communiste de juin 1973, puisque « lorsque le PC reconnait officiellement les Cordons et appellent ses militants à en faire partie, [leur proposition] est [qu’ils] forment partie de la CUT et soient orientés par elle, tout en leur reconnaissant le droit à conserver leur propre structure ; cf. “Cordones Industriales: la participación del Partido Comunista”, La Aurora de Chile, N° 20, Santiago, 26 de abril de 1973. [Gaudichaud 2003, 18]
  114. El Siglo, 30/10/1972, une.
  115. Israel Zipper 2006, 186.
  116. El Siglo, 01/11/1972, 3.
  117. (III) Gallimard, nrf, 1960, 155.
  118. Cette altercation entre jeunes et un communiste « discipliné et militaire » est inspirée du témoignage de Mario Olivares à Franck Gaudichaud [Gaudichaud 2004, 161].
  119. Kalfon 2003, 50.
  120. Kalfon 2003, 27-30.
  121. Kalfon 2003, 28.
  122. Cf. un article de Pierre Kalfon, publié dans Kalfon 2003, 57. Le professeur rapporte les paroles d’un jeune : « On nous paye 300 escudos par jour, c’est pas mal payé pour un travail rapide et même excitant quand on a 17 ans et qu’on aime casser ».
  123. El Siglo, 05/11/1972, 9.
  124. Un témoignage sur l’UP5 : « Au cinéma Marconi tous les intellectuels qui venaient appuyer Allende [le lendemain de sa victoire] se réunirent. Et alors dans le théâtre (sic) Marconi plein d’écrivains, de poètes, de journalistes, et que Diable encore, le camarade Allende dit « je sais que vous avez tous travaillé avec moi et j’aimerais que vous tous soyez toujours à mes côtés et je demande au PS de tous vous incorporer dans le parti ». Alors tout le Marconi est entré au PS, tout un cinéma entier, tu vois ?, artistes, intellectuels, bureaucrates, employés, chômeurs, qui avaient tous envie de toucher la paye. Nous, au PS, nous avions une devise (consigna) qui était « La Patrie ou la mort », tu sais par quoi ils l’ont changé ?: « La Paye ou la mort ». […] De 4 millions de militants que nous avions au niveau régional, après l’UP5 et le Marconi, nous sommes passés à 12 millions. Les 8 nouveaux millions étaient tous des employés ou candidats aux emplois publics, (…) et nous, nous défendions le cordon [industriel de Macul] pour éviter la contagion, parce qu’on ne voulait pas qu’il se remplisse de bourgeois et de petits-bourgeois, parce que d’eux sortent les traitres » Tomás Inostroza, militant PS [Gaudichaud 2004, 231-232].
  125. Et combien de Mozart assassinés ?
  126. Prats 1973, 312.
  127. « Chemin faisant, il raisonna sur le sentiment de la pudeur qui empêche de laisser voir les parties que dès l’enfance on nous a appris à tenir couvertes. Il dit que souvent cette pudeur pouvait dériver d’une vertu ; mais que cette vertu était encore plus faible que la force de l’éducation, puisqu’elle ne pouvait pas résister à l’attaque quand l’agresseur savait s’y prendre. Le plus facile de tous les moyens selon lui était celui de ne pas la supposer, de montrer de n’en faire aucun cas, et de la mettre en ridicule, il fallait la brusquer par l’exemple, sautant les barrières de la honte, et la victoire était sûre ; l’effronterie de l’attaquant faisait disparaître dans un instant la pudeur de l’attaqué.
    Clément d’Alexandrie, me dit-il, savant et philo­sophe, dit que la pudeur qui paraît avoir une si forte racine dans l’esprit des femmes, ne se trouvait cepen­dant que dans leur chemise, car d’abord qu’on parve­nait à la leur faire ôter on n’en voyait plus pas même l’ombre. » Jacques Casanova de Seingalt, Histoire de ma vie (extraits), qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie, Gallimard, Folio, 1986, 253.
  128. Prats 1973, 311.
  129. El Siglo, 08/11/1972, 6.
  130. Phrase que l’on peut voir en fond d’une estrade lors d’un meeting politique, cf. El Siglo, 06/11/1972, 3.
  131. Cf. http://www.du-bon-cote-du-fusil.com/son-visage-comme-une-peinture-de-modigliani-retravaillee-par-picasso.
  132. Preuve que Juan a lu le Don Juan de Montherlant puisqu’on retrouve cette idée dans la pièce :
    LE COMMANDEUR : « Le démon de midi. »
    DON JUAN : « Vous êtes trop aimable. Disons : le démon d’onze heures du soir. » (II, 4, Gallimard, Folio, 1972, 84).
  133. « Nec plus ultra » : formule, entre autre, de Charles Quint.
  134. Et ce sera bien ainsi par la suite. Cf. Vial 2002, 161.
  135. Israel Zipper, 239 : « Durant les premières semaines [de la grève d’Octobre], les directives des forces de gauche furent défensives, sans organisation adéquate. Il saute aux yeux que, contrairement à la perplexité des leaders, l’initiative des travailleurs et étudiants fut beaucoup plus rapide pour tenter de neutraliser la contre-révolution. Quand ils se rendirent compte de cette situation, tant le gouvernement que l’UP réagirent et organisèrent une contre-offensive. »
  136. Sur la tripartition des courants (troskistes, elenistas, modérés) au sein du PS, cf. Gaudichaud 2013, 55.
  137. Israel Zipper 2006, 206.
  138. El Siglo, 09/11/1972, 4.
  139. Sur l’ensemble de ce fragment, une seule source : “Diez episodios desconocidos sobre el golpe”, pdf réunissant des articles publiés par La Tercera en 2003, publié sur le site de la Fondation Salvador Allende. Pourtant Mónica González ne reprend pas cet épisode dans La Conjura [González 2012], y compris dans la version réactualisée de 2012. Heureusement, la Fondation Salvador Allende couvre (personne ne va douter d’eux, non ?), donne un élément romanesque trop tentant, et puis la littérature, contrairement à la recherche historique, est totalement irresponsable, non ? Sur la Confrérie, cf. aussi Fontaine Aldunate 1988, 17.
  140. L’ensemble de cet épisode est raconté dans González 2012, 153.
  141. “La cola opina”, El Siglo, 01/11/1972, dernière page ; cf. « La file d’attente pense » sur ce site
  142. « Fin 1972, le Chili vit apparaître une nouvelle activité : le faiseur de queue (colero), c’est-à-dire quelqu’un qui passe sa journée de travail à attendre dans les files, pour acheter de biens rares qu’il pourra revendre, céder sa place à une autre personne dans la file contre une rémunération. Autrement dit, de plus en plus, des familles entières devaient s’organiser pour les files, passant parfois des heures à attendre de pouvoir acheter des biens essentiels. Il est certain que ceci conduisait à des situations qui crispaient les nerfs, et l’on voyait habituellement des gens qui passaient par là, se mettaient immédiatement dans des files dès qu’elles se constituaient même sans savoir ce qui allait se vendre, sachant que si cela ne leur servait pas maintenant, le produit qui allait être vendu pourrait être utile demain. Ceci forma dans certaines maisons des petits accaparements de produits qui n’allaient pas être consommés immédiatement, ce qui augmentait encore plus la rareté, stimulait le marché noir, et, évidemment, l’antagonisme social. L’opposition accusait les travailleurs de l’Aire Sociale d’être devenus des agents spéculateurs ; ces allégations reposaient sur l’existence de rémunérations partielles en nature, une pratique qui dans la plupart du temps existait depuis des années et ce bien avant la présidence d’Allende. » Cf. Israel Zipper 2006, 213.
  143. Fontaine Aldunate 1988, 43-44 ; sur les 27 voir aussi Prats 1973, 319.
  144. Sur l’ensemble des informations contenues dans ce début de dialogue, cf. Fontaine Aldunate 1988, 37.
  145. El Siglo, 13/11/1972, 5.
  146. « Les travailleurs de Cristalerías Chile dépassent les records de production », El Siglo, 17/11/1973, 4.
  147. Au lecteur du XXIème siècle, rappelle-toi qu’avant les années 80 l’homosexualité était très mal vue, largement pénalisée, considérée comme une maladie par l’OMS jusqu’en 1990, et ce, quel que soit le bord politique. Cf. notamment « Les homosexuels à Cuba (au début des années 70, d’après Roberto Ampuero) », extrait publié sur ce site
  148. Cf. le document de la publicité pour le livre de Raymond Radiguet publié sur le site
  149. (IV) Amorós 2012, 36-37.
  150. Amorós 2012, 34.
  151. Tous les extraits non sourcés sont tirés soit du discours de Pablo Neruda le 5 décembre 1972 au Stade National pour son hommage national, soit celui de Salvador Allende le 04 décembre à l’assemblée générale de l’ONU. Les mêler est voulu : il n’y a qu’une voix, celle du Chili, ce qui est une manière d’apporter un soutien ponctuel à ce que réclamera Natalia [en 1. V §28bis]
  152. El Siglo, 22/11/1972, 8.
  153. Fontaine Aldunate 1988, 34.
  154. Liberté prise avec ce que dit Michel Le Bris de Mai 68, dans Le Bris 2009, 90-91.
  155. D’après une décision de la Contraloría, El Mercurio, 28/11/1972, 20.
  156. “Dos Criminales Fueron Guillotinados en París”, El Mercurio, 29/11/1972, 27.
  157. Raymond Cartier, « Chile: Escasez Típica Del Sistema Marxista », article de Paris Match repris dans El Mercurio, 23/11/1972, 32.
  158. “Importación de Trigo por Cien Millones de Dólares”, El Mercurio, 28/11/1972, 20.
  159. “Tribunal de París Falla en el Cobre En Favor de Chile”, El Mercurio, 30/11/1972, une.
  160. Cf. acte III scène II, Gallimard, coll. Folio, 1972, 118 et s.
  161. El Siglo, 30/11/1972.
  162. Réactions de Pablo Neruda et Matilde Urrutia inspirées de Kalfon : « Neruda acceptait mal qu’on ne fût de son avis. Avait-on l’outrecuidance d’avancer une analyse différente ? C’était sacrilège. Matilde, l’égérie, perdit son sang-froid, s’indignant qu’on osât tenir tête au poète. C’est alors que le barde fut preuve de son savoir-vivre » [2003, 25].
  163. Les Cubains se verront ainsi, par exemple, amputer un peu de riz de leur ration mensuelle, que Cuba enverra en solidarité avec le Chili, et qu’ils ne récupéreront jamais. [Ampuero 1999]
  164. Dans une lettre de 1970 à Salvador Allende, Fidel Castro lui donne sept conseils, dont 2) que dans sa future visite [novembre 1971] au Chili il recommandera aux militaires chiliens d’acheter de l’armement soviétique ; 3) qu’il ne faut pas “compliquer les relations avec les Forces Armées et s’abstenir de tout changement en son sein [mises à la retraite de forcées ou changements de nominations selon la hiérarchie établie par le corps d’armée lui-même] ; 4) ne pas faire de pas trop révolutionnaires en Amérique Latine, appuyer le régime péruvien de Velasco Alvarado et ne pas sortir de l’OEA ; 5) « maintenir le cuivre dans l’orbite du dollar et accepter le paiement d’une indemnisation après la nationalisation des mines de cuivre, si les compagnies nord-américaines l’exigeaient » [ce que ne fit pas Allende] ; et 6) pour Allende et le Parti Socialiste, « maintenir de bonnes relations avec le Parti Communiste » [ce qui n’avait pas à être forcé puisque a ligne d’Allende était proche de celle du PS alors qu’il était plus éloigné de son propre parti, le PS, aux positions plus radicales] [Fermandois 1985 cité par Fontaine Aldunate 2000, 72-73].
  165. Cf. « Allende et Castro : une « amitié » empoisonnée », extrait d’un live de Juan Vivés,  publié sur ce site
  166. Cf. quelques vidéos de Prague en 1968 publiées sur ce site, via Youtube.
  167. Version originale : “No era un homenaje a todo Chile, si no a esa porción del país que seguía la UP, su programa y sus objetivos. Era obvio, en 1972, Chile era un país profundamente dividido y así lo percibiría y le publicitaría Neruda en su discurso del Estadio Nacional”, dans SAN FRANCISCO Alejandro, [2004] Neruda. El Premio Nobel chileno en tiempos de la Unidad Popular, 74.
  168. “Golpe en Honduras”, El Mercurio, 05/12/1972, 27. Paris, Gallimard, 1969, 28.
  169. (V) Cf. http://www.solofutbol.cl/futbol%20chileno/Campeonatos%20Nacionales/Campeonatos%20nacionales%20WEB/Temporada%201972/Partidos%20-%20Campeonato%20Nacional%201972.htm [Ajout du 19/04/2014]
  170. Outre être passionné de football et de soutenir l’Université Catholique, Guzmán est aussi arbitre professionnel [Cristi 2000, 47].
  171. Sur le travail de Gui Bonsiepe et le design socialiste chilien cf. Medina 2013, 174-200, ainsi que l’article de Hugo Palmarola Sagredo dans Rolle (coord.) 2003, 225-295.
  172. Hugo Palmarola Sagredo dans Rolle (coord.) 2003, 275-278.
  173. Pour se faire une idée de la beauté de cette femme, cf. Medina 2013, 180.
  174. Hugo Palmarola Sagredo dans Rolle (coord.) 2003, 276-277 ; Acquaviva, Gilodhès, Fournial et Marcelin 1971, 172.
  175. Cf. la page Mains se dessinant de MC Escher sur ce site.
  176. Arancibia Clavel 2001, 12.
  177. El Siglo du 10/12/1972, 8.
  178. « En juin 1972, un groupe dissident du Parti Communiste Révolutionnaire, formé en 1967 par le retrait d’un petit secteur du Parti Communiste dirigé par le sénateur Jaime Barros, [se forme à son tour]. Tant le PCR que le PC Drapeau Rouge cherchèrent à s’appuyer sur la ligne politique générée par Mao Tse Tung et la Révolution chinoise. Le point central du programme des deux groupes fut l’acceptation d’étapes qualitativement distinctes dans le développement de la révolution chilienne, incluant certainement une période prolongée de radicalisation de la démocratie, structurée en un gouvernement populaire (Nouvelle Démocratie). Leurs différences avec l’UP, et en particulier avec le PC, étaient que pour eux la destruction violente des institutions était nécessaire, ayant la conviction que la nouvelle démocratie devait être le résultat d’une longue guerre populaire. Ils se différentiaient à leur tour du MIR du fait que celui-ci prétendait éliminer une période démocratique de transition tombant ainsi dans des déviations petites-bourgeoises. Leur critique du rôle de l’Union Soviétique fut particulièrement violente, [leur reprochant] la désarticulation de la lutte de libération nationale. Parallèlement le PC Drapeau Rouge postulait la création d’organismes-fronts de base (Mouvement Classiste Prolétaire) qui devaient se substituer aux centrales ouvrières dirigées par les partis hégémoniques de l’Unité Populaire. Tant le PCR que le PC Drapeau Rouge se diffusèrent très peu dans la classe ouvrière. Leur division accentua cette situation. Le PC Drapeau Rouge se dissout en 1973 et ses militants entrèrent au MAPU » [Farias (éd.) 2000, chap. 6, 2422].
  179. El Siglo, 13/12/1972, une.
  180. Conférence constitutive du Parti du PCBR, citée dans Farias (éd.) 2000, chap. 6, 2422.
  181. Variation sur “Balada del que nunca fue a Granada”. Musique de Paco Ibañez, d’après un texte de Rafael Alberti.
  182. El Siglo, 22/12/1972, 6-7.
  183. El Siglo, 23/12/1972, 14.
  184. El Siglo, 31/12/1972, 3.
  185. La citation plus complète de cet extrait de Don Juan, II, 4 est :
    LE COMMANDEUR : « La vérité est dans un seul être dont on tire, par l’affection, la pratique, le temps, des accords de plus en plus profonds. Du moins j’ai lu cela dans les livres. Rien ne ressemble davantage à une peau qu’une autre peau. […]
    ALCACER : « Pas une ne cède tout à fait comme les autres, même si, après et avant, elle est pareille aux autres. Savoir que le monde est plein de choses bonnes qui vous attendent, et n’avoir pas envie de leur faire dégorger à toutes leur bonheur possible, cela n’est ni naturel, ni raisonnable. C’est pourquoi je dirai, très sérieusement, qu’un mari qui n’a pas envie de tromper sa femme est pour moi une sorte de malade. »
  186. Friedrich Nietzsche, Le Crépuscule des idoles, Maximes et traits, n°34.
  187. Entre 4 et 1 degré dit le bulletin météorologique du Monde daté du 05/03/1973, 19. Du point de vue d’un Russe ou d’un Canadien ce n’est sans doute pas un « froid insoutenable » puisqu’ils soutiennent plus que ça, mais du point de vue d’un être humain normal, la formule n’est pas outrancière.
  188. Le Monde du 03/01/1973, 7.
  189. “Dominicano que asesinó al pije se encaleto; profe colombiano, preso”, El Clarín, 04/01/1973, 10.
  190. Proche de Salvador Allende, et qui, selon Juan Vivés, avait été « recruté par la DGI » [Direction Générale d’Investigation cubaine], et « rapportait jusqu’aux moindres pensées d’Allende à Piñeiro [chef des services secrets cubains] qui, à son tour, en informait Fidel » [Ammar, Vivés et Machover 2005, 163]. Présent le 11 septembre à la Moneda, il a été retrouvé mort et la thèse du suicide a été retenue. Cependant Vivés affirme avoir entendu dire à Patricio La Guardia une autre version, « à la mi-novembre 1973 [Id., 159] : il « se trouvait au rez-de-chaussée du bâtiment, piqua une crise de nerfs et commença à crier, lui aussi, qu’il fallait se rendre, qu’autrement ils allaient tous mourir. Les hommes de la Direction générale d’Intelligence durent l’éliminer, d’abord parce qu’il était en train de répandre un climat de terreur, ensuite parce que c’était un lâche et enfin parce qu’il ne fallait pas qu’il soit fait prisonnier : il en savait trop. » [Ibid.] Les faits auraient été confirmés par Amado Padrón [Id., 164], consul cubain au Panama.
  191. “Diplomático sería el homicida”, La Prensa de Santiago, 03/01/1973, 8.
  192. “La DC defenderá derecho de huelga de los trabajadores”, La Prensa de Santiago, 02/01/1973, 5.
  193. Gaudichaud 2004, 82.
  194. Le détail de ce plan est donné dans Prats 1973, 340-348.
  195. “Brigadas armadas para evitar el pluralismo de Canal Nueve”, La Prensa de Santiago, 05/01/1973, 12.
  196. Sur les poulets distribués aux affiliés communistes, cf. La Prensa de Santiago, 07/01/1973, 9.
  197. “Ni carne ni sustitutos habrá este fin de semana”, La Prensa de Santiago, 06/01/1973, 9.
  198. La SOPROA est dirigée par Moy de Tohá, épouse du Ministre de la Défense, qui voulait organiser « un système comme celui de Waldorf. » ; “Racionamiento con platos preparados a trabajadores de Área Estatizada”, La Prensa de Santiago, 05/01/1973, 12.
  199. “Ministerio de Obras declarado calamidad pública”, La Prensa de Santiago, 04/01/1973, 4.
  200. Thierry Pfister, Le Monde du 12/01/1973, 7.
  201. “El Area estatal paraliza por vacaciones colectivas”, La Prensa de Santiago, 13/01/1973, 8.
  202. “No a las vacaciones de negocio”, La Prensa de Santiago, 11/01/1973, 7.
  203. Le Monde, 12/01/1973, 4.
  204. Gaudichaud 2004, 82.
  205. Gaudichaud 2004, 82.
  206. Le Monde, 08/01/1973, 3.
  207. Cf. Le Monde, 10/01/1973, 10.
  208. Article de Colette Godard, Le Monde, 12/01/1973, 15.
  209. Prats 1973, 349.
  210. 60 millions de francs. Le Monde du 02/01/1973, 4.
  211. Le Monde du 13/01/1973, 6.
  212. LE BRIS Michel, [1975] Les fous du Larzac, Paris, Sodis-Beaux livres, coll. Presses d’aujourd’hui, 374.
  213. “¿Que busca Helvio Soto?”, 16/01/1973, 9.
  214. Sportès 2008.
  215. Rappelons aux étourdis que Sartre a écrit en 1960 dans Les Temps Modernes que « tout anticommuniste est un chien ». Cf. notamment REY Henri, [2008] « Les anathèmes gauchistes contre le PCF et la CGT », Savoir/Agir, 2008/4, n° 6, pp.23-28.
  216. Maurice Denuzière, « Sans approuver la violence gauchiste, les délégués de la C.G.T. souhaitent une peine exemplaire pour Jean-Antoine Tramoni », Le Monde des 14-15/01/1973, 7 (gauche).
  217. « L’autorité est seule juge de l’emploi de la force publique », Le Monde des 14-15/01/1973, 7 (droite).
  218. Le Monde, 16/01/1973, 18.
  219. Le Monde, 16/01/1973, 33.
  220. Le 18/01/1973, Las Noticias de Ultimas Horas écrit 850 employés, le 20 : 800. Sans doute qu’un de ces deux nombres est juste et en en choisissant un des deux y avait-il une chance sur deux de donner le vrai. En faisant une moyenne on donnera un nombre forcément erroné. Mais c’est à l’imitation de ce que font tous les économistes et tous les sociologues.
  221. “Allende en Sumar”, La Noticias de Última Hora du 18/01/1973, une.
  222. Cet ouvrier, au nom de famille similaire à celui du jeune poblador du film Mon ami Machuca (2004) d’Andrés Wood, sera interrogé par Las Noticias de Ultimas Horas, le 20/01/1973 ; “Estoy orgulloso del presidente”, le 20/01/1973, 2 (droite).
  223. “Altamirano visita poblaciones de la Legua y la Victoria”, La Noticias de Última Hora du 19/01/1973, 3.
  224. Le Monde du 12/01/1973, 19.
  225. Le Monde du 19/01/1973, 2.
  226. Gaudichaud 2004, 82.
  227. Voici un exemple : dans des entreprises de textile possédées par l’Etat, seuls peuvent acheter les ouvriers, les syndicats, coopératives, centres de mères et autres organisations qui ont obtenu la carte d’approvisionnement. A chaque personne ou entité se voit attribué une quantité et des intervalles de temps pour acheter. Il est donc impossible d’acheter ses produits si l’on n’est pas travailleur de l’entreprise ou membre d’un de ces organismes reconnu, et dès lors, pour ces gens-là, seul le marché noir permet de se procurer ces produits. “Tarjetas de racionamiento en empresas textiles estatales”, cf. La Prensa de Santiago, 03/01/1973, 9.
  228. Le Monde des 14-15/01/1973, 2.
  229. “Ex. Sumar: 80 mil metros de telas salen diariamente”, La Noticias de Última Hora du 20/01/1973, 2.
  230. Gaudichaud 2004, 95.
  231. L’ensemble des arguments d’Arnaldo viennent de “¿A qué fue Allende a ex-Sumar?”, El Pueblo, n°28, février 1973.
  232. “Habló a los que nacieron cansados”, Puro Chile, 21/01/1973, 11 ; Miro Popic, “Violenta y ejemplar autocritica de Allende ante funcionarios et interventores del área social”, Puro Chile, 21/01/1973, 12 ; “A calzón quitado habla hoy Allende en la ex Sumar”, Puro Chile, 22/01/1973, 2.
  233. « Le manque de ligne stratégique unique et cohérente nuisait à la gauche, puisqu’elle était divisée en deux schémas politiques, chacun d’eux exigeant une alliance différente, avec des actions tactiques qui s’opposaient l’une à l’autre. » [Israel Zipper 2006, 13].
  234. “Con los chinos”, Puro Chile, 20/01/1973, 2 ; Miro Popic, “Violenta y ejemplar autocritica de Allende ante funcionarios et interventores del área social”, Puro Chile, 21/01/1973, 12.
  235. Miro Popic, “Violenta y ejemplar autocritica de Allende ante funcionarios et interventores del área social”, Puro Chile, 21/01/1973, 12 ; “Habló a los que nacieron cansados”, Puro Chile, 21/01/1973, 11.
  236. “Las elecciones de marzo son decisivas”, Puro Chile, 21/01/1973, 12.
  237. Sinon sanctifié au point d’être devenu dans l’inconscient français comme un intouchable ! L’homme providentiel de la Deuxième Guerre Mondiale…
  238. Comme Pinochet…
  239. Comme Pinochet le fera en 1980, dans sept ans. La constitution de 1958 mettait fin au règne des partis en France, celle de 1980 à l’impasse politique de 1973 au Chili… N’était-ce pas Jean qui rappelait que 1789 était passée par Robespierre avant de sacrer Napoléon, en 1. II §4.
  240. REVEL Jean-François, [1997] Mémoires. Le voleur dans la maison vide, Plon, coll. Pocket, 440.
  241. — Comme Pinochet encore…
    — Non, Juan… et De Gaulle n’a fait pas tuer 3000 opposants en 1969.
    — Tu veux qu’on ouvre le chapitre de l’épuration française ? Tu veux que ça sente encore plus mauvais que le fromage, cette odeur de vengeance, de haine et d’opportunisme… Tu veux qu’on reparle de ce que je soupçonne des petites affaires de mon père ?
    — Ça suffit ! Il t’est interdit d’intervenir en note de second niveau. Tu as aussi signé le « pacte de lecture », je te rappelle ! Débrouille-toi pour insinuer ce que tu veux ailleurs dans le corps du texte. Sauve un peu quelque chose !
    — Petit narrateur aux ordres, bon officier qui applique sans réfléchir. [Juan n’est jamais intervenu ici avant la note 237 et n’interviendra plus ici. Désolé pour le dérangement. NdN]
  242. « Comme tous les iconoclastes, j’ai brisé mes idoles pour sacrifier à leurs débris », Syllogismes de l’amertume (1952) (Religion), Gallimard, coll. Folio, 1980, 100.
  243. Cf. Gaudichaud 2004, 170 où l’on apprend que les réunions du cordon Vicuña Mackenna avaient lieu à Elecmetal.
  244. Tomás Inostroza en parle dans Gaudichaud 2004, 231 et 235 et l’auteur l’interviewe, 331 et s.
  245. Gaudichaud 2004, 333.
  246. Carmen Silva dans Gaudichaud 2004, 332.
  247. Gaudichaud 2004, 172.
  248. C’est ce que rapporte Carmen Silva dans Gaudichaud 2004.
  249. Entre La Prensa qui annonce, le 13/01/1973, des vacances forcées entre le 10 et le 29/01 pour les travailleurs de Sumar et une visite d’Allende, les 18-19 et 21/01, qui montre bien que des travailleurs se trouvaient dans les locaux de l’entreprise, il a été opté pour un fonctionnement au ralenti de l’entreprise. Il se peut aussi que la branche nylon ait continué à fonctionner pendant que la branche textile était arrêtée, et nous ne savons pas ce que fait Claudio précisément.
  250. Miro Popic, “Violenta y ejemplar autocritica de Allende ante funcionarios et interventores del área social”, Puro Chile, 21/01/1973, 12.
  251. « En 1971 l’entreprise ex-Sumar obtint 80 millions d’escudos d’utilité. En 1972, elle perdit 132 millions d’escudos », “Crisis de conciencia en el Área Social”, Puro Chile, 23/01/1973, 7.
  252. Marcel Proust, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Le livre de Poche, 1992, 298.
  253. (VI) Cité dans Bernedo 2003, dans Rolle (coord.) 2003, 88.
  254. Actes Sud, coll. Babel, 1999, 86.
  255. El Pueblo de février 1973, n°28.
  256. D’après le Parti Démocrate Chrétien, du moins : El Mercurio, 06/12/1972, 19.
  257. La première lettre de Corvalán au journal Las Noticias de Ultima Hora est publiée dans ce journal le 02/02/1973, 24 et la réponse d’Altamirano à Luis Corvalán est publiée le 03/02/1973, 20 ; Gaudichaud 2004, 82 (qui se trompe en notant le 12/02).
  258. “Recado para Puro Chile”, La Aurora de Chile, 01/02/1973, 2.
  259. Jean a été très perméable à un article de El Pueblo du mois de février 1973 : “Corvalán rinde cuentas al general Prats”, n°28.
  260. Juan se trompe de série, car celle-ci s’est arrêtée le 12/01/1973 [Ultima hora, 12/01/1973, 22]. C’est un point de détail cela dit, qui n’empêche pas que les voisins qui écoutent la télévision très forts soient universellement pénibles !
  261. Albornoz 2003, « Los sonidos de 1973 » dans Rolle (éd.) 2003, 168.
  262. “¡Rechazaron a Tito Fernández en el Festival de Viña del mar!”, Puro Chile, 23/01/1973, 9.
  263. Dans ce passage, Jean est assez proche d’un lecteur de Puro Chile, de 34 ans et père de trois enfants, qui s’insurgeait contre ce programme en raison de ces influences yanquies, du caractère immoral des danseurs et danseuses (dont le nom est emprunté à la Lolita de Nabokov) et sa charge d’érotisme pédophile, de la pauvreté de leur danse, de leurs allures efféminées et des croix affichées par les lolos. Cf. Puro Chile, 20/01/1973, 6.
  264. Albornoz 2003, « Los sonidos de 1973 » dans Rolle (éd.) 2003, 168.
  265. « L’entente entre les deux partis et le développement d’un front d’opposition uni se fit évident lorsque, en juillet 1971, ils présentèrent un seul candidat aux élections partielles (complementarias) réalisées à Valparaíso ; l’assassinat de Don Pérez Zujovic, ex-ministre de l’Intérieur et militant de la DC, précipita cette union » [Israel Zipper 2006, 57].
  266. Suite aux révélations de Jack Anderson, journaliste étasunien, en 1972, montrant que la compagnie avait financé partis et journaux de (la future) opposition afin d’empêcher d’Allende d’arriver au pouvoir, le gouvernement publia ces documents dans (Sans auteur), [1972] Documentos secretos de la ITT, Santiago de Chile, Editorial Nacional Quimantú, avril 1972.
  267. Albornoz 2003, “Los sonidos de 1973” dans Rolle (éd.) 2003, 168.
  268. “El pueblo demostrara una vez más su respaldo al gobierno popular”, La Noticias de Última Hora, 05/02/1973, 3.
  269. « Sa visite fut un tremblement de terre politique qui enthousiasma la gauche, mais participa aussi à la polarisation du pays. La présence de Fidel Castro au Chili divisa le pays en deux ; il appuya l’UP et utilisa son ascendant pour essayer de convaincre la gauche non parlementaire du fait qu’Allende représentait la meilleure possibilité pour la révolution au Chili de son côté, l’opposition répondit avec des attaques continues contre Fidel Castro et la révolution cubaine. Castro se rendit compte de ce que la situation au Chili changeait rapidement et que l’opposition n’était plus seulement conduite par des secteurs libéraux, mais que d’autres groupes se faisaient présents. […] Sa visite nuit plus à l’UP qu’elle ne l’aida » [Israel Zipper 2006, 58].
  270. “¡No a vacaciones de negocios!”, La Prensa de Santiago, 11/01/1973.
  271. Albornoz 2003, « Los sonidos de 1973 » dans Rolle (éd.) 2003, 169.
  272. L’ensemble de ce passage est inspiré de l’article “Las JAP inician fatídicos empadronamiento a la fuerza », La Prensa de Santiago, 16/01/1973, 6, où ces abus, invention de nouvelles règles, etc. sont décrits.
  273. Amorós 2012, 49.
  274. Slogan-leitmotiv que l’on trouve typiquement à la fin d’un article dans certains journaux du pouvoir populaire (comme Tarea Urgente) ou d’extrême-gauche.
  275. Gaudichaud 2004, 82.
  276. El Siglo, 22/02/1973, 3.
  277. L’ensemble de ces notes vient de Tarea Urgente, n°2, 25/02/1973, 2.
  278. Tarea Urgente, n°2, 25/02/1973, 4.
  279. Mémoires d’Hadrien, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1977, 22.
  280. La Prensa, 28/02/1973, 14.
  281. Ultima Hora, 01/03/1973, 19 : coupure d’eau potable entre le 01 à 20h et le 02h à 5h, dans certains quartiers de Santiago, qui concerne l’endroit où habite Jean.
  282. Ultima Hora, 01/03/1973, 2.
  283. Ultima Hora, 01/03/1973, 16 ; El Mercurio, 02/03/1973, 4.
  284. “Momios de Providencia quedaron totalmente mudos”, El Siglo, 03/03/1973, 7.
  285. Ultima Hora, 02/03/1973, 21.
  286. (VII) “Allende sufragó entre “pifias” y aplausos”, La Prensa, 05/03/1973, 7.
  287. “Dirigente UP denunció un supuesto plan subversivo”, La Prensa, 05/03/1973, 5.
  288. La source pour ce fragment est P. Guzmán 1973, 1ère partie, 16:10 à 19:22.
  289. La source pour ce fragment est P. Guzmán 1973, 1ère partie, 19:37 à 20:06.
  290. Prats 1973, 367.
  291. Cf. “4 millones y medio de chilenos elegirán esta vez a su candidato”, La Ultima Hora du 04/03/1973, 3 : « [Ces 700 000] sont en grande partie des majeurs de 18 ans qui n’avaient pas réussi à s’inscrire sur les listes électorales pour les élections de conseillers municipaux, en avril 1971, faute de temps ».
  292. “Este es el Gobierno que ha obtenido mayor respaldo en los últimos 20 años”, El Siglo, 05/03/1973, 9.
  293. Touraine 1973, 163.
  294. (VIII) Cf. par exemple, “Paralizado el 50% de los buses Interprovinciales. Por falta de Repuestos”, El Mercurio, 01/03/1973, une.
  295. Prats 1973, 367. Ils ne tomberont qu’à 21h.
  296. Elodie Giraudier note quant à elle, « trente ans » [2005, §44]. [Ajout de mi-avril 2014]
  297. Cité dans COURTOIS Stéphane, [2007] Dictionnaire du communisme, Paris, Larousse, 345-346.
  298. El Siglo, 07/03/1973, 8.
  299. (IX) Ultima Hora du 06/03/1973, feuillet central.
  300. Le rapport secret du MAPU est publié en entier dans El Mercurio du 01/03/1973, sur de nombreuses pages. Cf. aussi Huidobro Justiniano 1989, 95.
  301. El Siglo, 11/03/1973, 3.
  302. De fait, c’est ce qui va se passer, cf. “El MAPU de Garretón reclama timbres, sedes, autos y radios de la colectividad”, La Prensa du 17/03/1973, 5 (bas).
  303. “Nosotros somos la directiva legitima”, La Nación du 09/03/1973, 10.
  304. Toute la romance entre Salvador Allende et Gloria Gaitán se trouve dans Labarca 2007, cinquième partie, chapitre 1. On retrouve un autre témoignage dans González 2012, 499-508, où l’on voit se déliter les mensonges de l’ancienne maîtresse de Salvador Allende.
  305. Plagiat par anticipation : « Il est de l’essence du jeu que j’y ose l’échec. » Appendice du Don Juan de Montherlant, par Alexander J. Susskind, 186.
  306. Tarea Urgente, n°3, 12/03/1973, une.
  307. Tarea Urgente, n°3, 12/03/1973, une.
  308. “¡Los ‘ultras’ ganan terreno a la corriente de S. Allende!”, La Prensa du 17/03/1973, 5 (haut) et “Gazmuri: crisis está ‘superada’” , Id., 18.
  309. Tarea Urgente, n°3, 12/03/1973, 2.
  310. SKOKNIC Francisca , “La vida al límite de Darío Sainte Marie, creador de Clarín”, 30.04.2008, et Farías 2010, 53-55.
  311. Rocha 2001.
  312. Prats 1973, 368.
  313. Prats 1973, 368.
  314. Prats 1973, 370.
  315. D’après La Prensa de Santiago, 18/03/1973, une, 8 et 9 : ce serait un conseiller municipal socialiste qui aurait fourni la mitraillette. Le lendemain, le sénateur Musalem et le maire Eduardo San Martín furent reçus, après avoir causé un esclandre et attendu cinq heures au ministère de l’Intérieur, par Prats alors que celui était avec le Président de la République [Prats 1973, 370].
  316. Simon Blanco, “El MIR”, Siglo du 16/03/1973.
  317. Cf. Gorgias, 521e-522a.
  318. Allende a rencontré Oscar Garretón le 15/03, et Altamirano soutenant Garretón alors qu’Allende soutient Gazmuri, ils décident d’en débattre le 24 mars dans une réunion ordinaire du parti. La Prensa, 16/03/1973, 7.
  319. “Alza superior al 100% para el agua potable”, La Prensa, 20/03/1973, 5.
  320. “Violentos incidentes con pobladores en calle Ahumada”, La Prensa, 23/03/1973, 8.
  321. Prats 1973, 372.
  322. “Allende triunfa sobre posiciones de ‘ultras’”, La Prensa, 23/03/1973, 5.
  323. “De E°3 a E° 7 subió tacita de ‘café express’”, La Prensa, 24/03/1973, 4. Le cortado passe lui aussi de E°5 à E° 12. Il faut vraiment ne pas être accro au café pour ne pas comprendre l’aspect dramatique d’une telle nouvelle…
  324. “Se van seis ministros; incluyendo a los militares”, La Prensa, 25/03/1973, 9.
  325. Les 16 et 20/01/1973, Las Noticias de Última Hora (PS) parlent de 3200 ouvriers ; le 28/03/1973, La Prensa de Santiago (DC) n’en compte plus que 1700, soit 1500 en moins. On ne note aucune trace de licenciement massif dans cette industrie, donc de deux choses l’une : soit les socialistes ne savent pas compter, puisqu’eux aussi avaient fait disparaître 50 employés en deux jours [cf. 1. V §28], soit l’ensemble de la profession journalistique de tous les temps et de toutes les latitudes sont des grosses feignasses imprécises qui pipotent les chiffres à leur guise. Ce en quoi ils ne sont que seconds dans la catégorie après les syndicats. Du coup, comme précédemment, on a rajouté de la fausseté à l’erreur en faisant une moyenne.
  326. “Paralizado ‘Sumar’ y a punto de parar ‘Hirmas’”, La Prensa, 28/03, 5. ‘Acta de avenimiento’ a été traduit par ‘accord’, le détail et la nature exacte de l’accord, très probablement salarial, étant secondaire ici.
  327. « Du moment où le travail commence à être reparti, chacun entre dans un cercle d’activités déterminé et exclusif, qui lui est imposé et dont il ne peut s’évader ; il est chasseur, pêcheur, berger ou « critique critique », et il doit le reste sous peine de perdre les moyens qui lui permettent de vivre. Dans la société communiste, c’est le contraire : personne n’est enfermé dans un cercle exclusif d’activités et chacun peut se former dans n’importe quelle branche de son choix ; c’est la société qui règle la production générale et qui me permet ainsi de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l’après-midi, de m’occuper d’élevage le soir et de m’adonner à la critique après le repas, selon que j’en ai envie, sans jamais devenir chasseur, pêcheur, berger ou critique », MARX Karl et ENGELS Friedrich, [1845] « L’Idéologie allemande » dans Philosophie, Karl Marx, Maximilien Rubel, éd. Gallimard, coll. Folio, 1982, 319.
  328. “Desprestigio para el gran vino chileno”, La Prensa, 30/03, 9.
  329. Etait-ce déjà le cas en 1973 ?, mais en 2013 on peut entendre, à des endroits et dans des milieux différents, cette remarque… Il faut donc profiter de ces pages pour montrer du doigt ce préjugé chilien et en informer officiellement les autorités françaises pour qu’elles se plaignent auprès de leurs homologues chiliens et réclament l’insertion d’un rectificatif dans les manuels d’Histoire-Géographie du pays. Osons espérer que la mesure ne soit pas aussi polémique que celle prise lors du remplacement de la mention « dictature » par « régime autoritaire » en 2012.
  330. Cité dans Bernedo 2003 dans Rolle (coord.) 2003, 120.
  331. (X) L’histoire d’amour adultère de Pinochet, commencée dans les années 50 en Equateur, est rapportée dans le livre de Farfan C. et Vega F., [2009] La familia : historia privada de los Pinochet : « Après le retour de Pinochet au Chili, il resta en contact avec Piedad jusqu’à ce qu’elle meurt, au début des années 90 aux Etats-Unis. Pendant ce long intervalle, Piedad et Pinochet échangèrent plusieurs lettres dans lesquelles l’affection et leur souvenir mutuel étaient manifestes. [Farfan et Vega 2009, 206].
  332. Prats 1973, 377-378.
  333. Huchon 2010, chap. 5.
  334. Affaire révélée par l’auteur lui-même en 2005, cf. le site personnel d’Eduardo Labarca.
  335. Cf. notamment González 2012.
  336. Cf. Le plus bel exemple d’héroïsme, Castro et Allende 1973.
  337. Ammar, Vivés et Machover 2005, 164, 170-171 et 173.
  338. Cf. Espuña 2009, à partir du chapitre 27 et la recension de l’ouvrage sur ce site.
  339. Cf. “Manuel Araya: ‘La Fundación Neruda usurpó el legado del poeta, deben regresar la herencia al pueblo de Chile‘, Clarín.cl, 12 février 2013 [Dernière consultation le 15 avril 2015].
  340. Respectivement, AMORÓS QUILES Mario, [2012] Sombras sobre Isla Negra, Ed. B Chile, avril 2012, 246 p., et MARIN Francisco, El doble asesinato de Neruda : con el testimonio de Manuel Araya, Santiago de Chile : Ocho Libros Editores, 2012, 195 p.
  341. Amorós 2012, 18-19.
  342. Fait emprunté à celui que rapporte la Prensa le 23/03/1973, en une et une page intérieure.
  343. Iturriaga 2003 dans Rolle (éd.) 2003, 330.
  344. Iturriaga 2003 dans Rolle (éd.) 2003, 329.
  345. “Brasil o España será el destino del crack albo Caszely”, La Prensa du 10/05/1973, 16.
  346. Gaudichaud 2004, 83.
  347. “¡Fascistas asesinos!”, 28/04/1973, une.
  348. Le livre de poche, 1992, 297.
  349. “Barbarie fascista”, El Siglo du 27/04/1973, dernière page.
  350. Louis Aragon, « Les larmes se ressemblent », dans Les yeux d’Elsa [1942], Seghers, 54.
  351. Le livre est publié en français par Gallimard en 1973. A quel mois ? Juan a pu rencontrer François Kérel, et se faire offrir l’ouvrage avant tout le monde… Comme pour le premier disque de Tom Waits, ça se joue à quelques mois, des poussières à quarante ans de distance, le péché n’est pas si grave… Donc là encore un bon coup de pieds dans les couilles de la réalité a été mis et elle n’a pas moufté plus que ça ! Ainsi, non seulement la réalité est une lâche qui ne sait pas se battre face à une volonté trop puissante, et en plus c’est un(e) hermaphrodite interlope qui n’est pas très clairement définie…
  352. Celle à côté de laquelle vit Jean entre septembre 1972 et avril 1973, celle où vit Claudio, juste à côté de Sumar, et longée par l’avenue Vicuña Mackenna.
  353. “Unidad Popular contra el momio criminal”, El siglo du 02/05/1973, 9.
  354. “Elementos del ‘MIR’ se retiraron del mitin”, La Prensa, 02/05/1973, 7.
  355. “Brejnev reitrera su deseo de acercarse a países occidentales”, La Prensa, 02/05/1973, 13.
  356. Et vous ?
  357. Hans-Joaquim Bargmann, “Guerra de nervios en la frontera soviético-china”, La Prensa du 06/05/1973, 10.
  358. Les grévistes pour 48h (prolongeable) réclament 4 salaires vitaux plus 15% d’intéressement, entre autres… Cf. “’Corre’ paro de locomoción por 48 horas y prorrogable”, La Prensa, 04/05/1973, 8.
  359. D’après la lecture de Peña 2013 : Síntesis geográfica de Chile, Argentina, Bolivia y Perú (1953), Síntesis geográfica de Chile (1955) – “el secundo de sus libros” [73] –, Geografía militar (1967), Geopolítica. Diferentes etapas para el estudio geopolítico de los Estados (1968) et Guerra del Pacifico. 1879. Primeras operaciones terrestres (1972).
  360. « Un professeur aimé et respecté de ses élèves, bien que cependant certains se moquaient dans son dos de son phrasé monotone, guttural et aigu, aux syllabes poussives, qui le faisait plus ressembler à un paysan qu’à un officiel de l’armée destiné à l’enseignement » [Peña 2013, 79].
  361. Un exemple : « le général Fernando Lyon fut surpris quand Pinochet lui confessa que le général Schneider le considérait comme « un général de peu d’ampleur intellectuelle ». Ceci avait lieu lors des premiers jours après le coup d’Etat et, d’après d’autres témoignages, « c’était une confession chargée d’un certain ressentiment » [Peña 2013, 33].
  362. Fernandez / Rampal 2003, 58.
  363. “Todo tiene su límite”, La Prensa, 06/05/1973, 3 (éditorial).
  364. Remarque inspirée de ce que l’on peut lire, dans “Santiago bajo la zona de emergencia”, La Prensa du 06/05/1973, 9.
  365. La Prensa du 06/05/1973, une et 9.
  366. Sur la position du PCR, cf. Renato Silva, “El MIR y la Fuerzas Armadas”, El Pueblo n°81, de mai-juin 1973.
  367. “Sepultados restos de asesinado en el ‘boulevard Huerfanos’”, La Prensa du 07/05/1973, 8.
  368. “La grande illusion”, La Prensa du 07/05/1973, 14.
  369. “Aumentó la mortalidad infantil”, La Prensa du 07/05/1973, 17.
  370. La Prensa du 07/05/1973, 7.
  371. Wikipedia ES, entrée “Copa Libertadores 1973”.
  372. “5 millones y medio de kilos menos de pan”, La Prensa du 09/05/1973, 5.
  373. La Prensa du 09/05/1973, 9.
  374. 10/05/1973, une et 5 ; “Noticia sobre invasión a Chile es descabellada”, Id., 9.
  375. “El gobierno no tiene confianza en el pueblo ni sus organizaciones”, La Prensa du 10/05/1973, 5.
  376. « Et pourquoi non ? Il y en a tant d’autres comme moi, qui se mêlent de ce métier, et qui se servent du même masque pour abuser le monde ! », Molière, Dom Juan, Acte V, scène I.
  377. “Paro nacional acordó gremio de la locomoción”, La Prensa du 11/05/1973, 9.
  378. “Rechazaremos los intentos de estatizar la Papelera”, La Prensa du 12/05/1973, 9.
  379. Editorial de La Prensa du 11/05/1973, 3.
  380. “Diez mil peruanos invaden las calles santiaguinas”, La Prensa du 12/05/1973, 15.
  381. “Carlos Caszely: la duda que mata”, La Prensa du 12/05/1973, 16.
  382. “Bicicleta”, La Prensa du 10/05/1973, 7.
  383. “Más amargo se torna el drama. Ni un solo granito de azúcar”, La Prensa du 16/05/1973, 6.
  384. “¡No hay con que alimentar a los bebes!”, La Prensa du 16/05/1973, 7.
  385. “Desesperada situación en todo Chile por falta de gas licuado”, La Prensa du 16/05/1973, 9.
  386. — Bandes de nazes, allez vous faire voir, c’est à cause de salops dans votre genre que tant d’auteurs médiocres ont flairé le filon de la veulerie et peuvent s’astiquer le nombril à longueur de livres sous nos yeux ébahis de toute cette profondeur, que tous ces piètres épigones de Céline, confesseurs glauques sans l’humour d’un Bukowski qui nous emmerdent avec la façon dont ils trainent leur misérable vie, odes en acte à l’utilité littéraire du suicide, que…
    — Juan, merde !!! Tu n’as rien à faire là et tu falsifies ma parole de narrateur. Ne te crois pas intouchable parce que tu es un personnage principal incontournable. Tu me fais penser à ces syndicalistes qui abusent parce qu’ils sont en position de force… (je savais que cette comparaison le vexerait, et qu’il repartirait penaud… Mais comment faire ?, je croyais lui avoir techniquement bloqué l’accès aux notes de fin ; serait-ce aussi compliqué que de tenir un journal, de tenir un peu les rênes de ce texte ?).
  387. “Jóvenes cristianos marcharon y oraron por la paz de Chile”, La Prensa du 21/05/1973, 12.
  388. « Et non seulement on ne retient pas tout de suite les œuvres vraiment rares, [… mais de surcroît] ce sont [leurs] parties les moins précieuses qu’on perçoit d’abord. […] Quand ce qui est le plus caché dans la Sonate de Vinteuil se découvrit à moi, déjà, entraîné par l’habitude hors des prises de ma sensibilité, ce que j’avais distingué, préféré tout d’abord, commençait à m’échapper à me fuir […], je ne la possédai jamais toute entière : elle ressemblait à la vie. Mais moins décevante que la vie, ces grands chefs-d’œuvre ne commencent pas par nous donner ce qu’ils ont de meilleurs. […] Les beautés qu’on découvre le plus tôt sont aussi celles dont on se fatigue le plus vite et pour la même raison sans doute, qui est qu’elles diffèrent moins de ce qu’on connaissait déjà. […] Alors elle devant qui nous passions tous les jours sans le savoir et qui s’était réservée, qui par le pouvoir de sa seule beauté était devenu invisible et restée inconnue, elle vient à nous la dernière. Mais nous la quitterons aussi en dernier. Et nous l’aimerons plus longtemps que les autres, parce que nous aurons mis plus longtemps à l’aimer. » Marcel Proust, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Le livre de Poche, 1992, 109-110.
  389. “Proclamo virtualmente terminada guerra fría”, La Prensa du 22/05/1973, 11.
  390. “Gobierno pretende liquidar a la Contraloria y la corte Suprema”, La Prensa du 22/05/1973, 5.
  391. “Ravi Shankar”, La Prensa du 23/05/1973, 13.
  392. (XI) “Frei será designado presidente del Senado”, La Prensa du 23/05/1973, 5.
  393. “Violentos incidentes por falta de abastecimientos”, La Prensa du 26/05/1973, 12.
  394. Practicas paramilitares realiza grupo extremista, 27/05/1973, 12.
  395. Fait confirmé dans “Incompetencia del Tribunal Constitucional”, Mercurio du le 01/06/1973, 3.
  396. Amorós 2012, 73.
  397. Iturriaga 2003 dans Rolle (éd.) 2003, 331. Pour la petite histoire, la finale européenne, qui a lieu le lendemain de ce deuxième match de finale sud-américaine, consacrera l’Ajax Amsterdam grâce à l’unique but de Johnny Rep.
  398. Gallimard, coll. Folio, 1992, 162.
  399. Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle,
    Assise auprès du feu, dévidant et filant,
    Direz chantant mes vers, en vous émerveillant :
    « Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle. »Lors vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
    Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
    Qui au bruit de Ronsard ne s’aille réveillant,
    Bénissant votre nom de louange immortelleJe serai sous la terre, et fantôme sans os
    Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
    Vous serez au foyer une vieille accroupie,Regrettant mon amour et votre fier dédain.
    Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
    Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie. »Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578Quel rustre, ce Ronsard…
  400. La cazuela est un mets typique du Chili, élaboré avec du poulet haché (ou de la viande de bœuf), et divers légumes : citrouille, maïs, pomme de terre. On y ajoute parfois du riz et d’autres légumes. Cf. la recette de la cazuela publiée sur ce site.
  401. “Papeleros rechazan estatización”, La Prensa du 26/05/1973, 7 et La papelera… ¡no!, La Prensa du 27/05/1973, 9.
  402. “Chile sigue de ‘A pie…’”, La Prensa du 26/05/1973, 7.
  403. Salazar 2010, 363.
  404. (XII) Gallimard, coll. Folio, 1942, 184.
  405. “Independiente ganó la Copa 2-1. Extraordinaria actuación de Colo Colo”, El Mercurio du 07/06/1973, une et 5.
  406. Pour l’ensemble du fragment : “Espectacular pugilato en la Cámara de Diputados”, El Mercurio du 07/06/1973, une + 10, et “Independiente ganó”, El Mercurio du 07/06/1973, une + 5.
  407. Iturriaga 2003 dans Rolle (éd.) 2003, 333.
  408. “Radios reiteran: cadena es ilegal”, El Mercurio du 10/06/1973, 31.
  409. “Gobierno tiene a la Papelera al borde del colapso económico”, 07/06/1973,11, et “La Papelera. Asamblea de accionistas realizada el 6 de junio 1973”, 10/06/1973, 41.
  410. Tarea Urgente, n°5, 15/06/1973, une.
  411. Tarea Urgente, n°5, 15/06/1973, 2.
  412. Cf. Labarca 2007 et Huchon 2012.
  413. “Trío de Bill Evans”, La Prensa du 20/06/1973, 13.
  414. Montes Larrain Arturo, [1982] « L’idéologie du sacrifice au Chili de l’Unité Populaire (1970-1973) », Thèse de doctorat d’Etat en science politique soutenue le 6 décembre 1982 à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, 25.
  415. Dans Anthologie de la poésie française du XXe siècle, Gallimard, nrf/poésie, 2000, vol. 2, 369.
  416. Dans Anthologie de la poésie française du XXe siècle, Gallimard, nrf/poésie, 2000, vol. 2, 575.
  417. “Profesores de la UC emitieron su protesta”, La Prensa du 20/06/1973, 6 ; “Dirigentes bancarios: ‘La ruina es total en Chile”, La Prensa du 21/06/1973, 7 ; “Indignación por los fabulosos aumentos de sueldos en Codelco”, La Prensa du 21/06/1973, 9 ; “Más puestos públicos a la UP ofreció comunista Godoy”, La Prensa du 22/06/1973, 4 ; “Asfixiar económicamente a la Papelera es un criminal atentado a la libertad de enseñanza”, La Prensa du 21/06/1973, 14 ; “Plan económico de emergencia anunció el Presidente Allende”, La Prensa du 22/06/1973, 5 ; “Manifestantes atacaron la casa central de UC”, La Prensa du 22/06/1973, 8 ; “Médicos hicieron mitin frente a la U. Católica”, La Prensa du 23/06/1973, 6 ; “La ‘U’, la UC y ‘FESES’ están paralizados, La Prensa du 23/06/1973, 8.
  418. Variation sur une image de Sextus Empiricus lorsqu’il montre que « la même tour paraît ronde de loin et carrée de près. » (Esquisses pyrrhoniennes, Livre I, 32).
  419. Et voilà, vous avez la réponse à la question posée en 1. X §12. Du bon côté du fusil : un livre qui fait réviser sa philosophie et aide à travailler la mémoire… Il devrait être remboursé de moitié par l’Education Nationale et de moitié par la Sécurité Sociale, si les deux systèmes que le monde nous envie n’étaient pas en faillite…
  420. Injonction faites à Socrate par ses rêves, Platon, Phédon, 61a-61c.
  421. Les yeux d’Elsa [1942], Seghers, 80.
  422. Pour d’autres tentatives d’explication un peu plus scientifiques voir J.L. Borges, La course perpétuelle d’Achille et de la tortue, dans Discussion, éd. Gallimard, La pléiade, 1993, pp. 243-248.
  423. (XIII) Paris, Gallimard, coll. Folio, 1960, 32.
  424. « Le PC tenta même, sans réussir, d’organiser une sorte de cordon parallèle directement lié à la CUT, s’appuyant sur l’usine Textil Progreso du cordon Vicuña Mackenna. Cette initiative fut amplement dénoncée par la direction du cordon comme “manœuvre divisionniste” », cf. Cordón Vicuña Mackenna, “Alerta trabajadores: a parar las maniobras divisionistas”, El Cordonazo, N° 3, Santiago, 12 de julio de 1973. [Gaudichaud 2004, 17].
  425. Sur la tentative de création d’un cordon industriel parallèle, cf. Gaudichaud 2004, 170 -171.
  426. Ici le capitaine est en accord avec les analyses qu’on peut lire dans l’éditorial du Mercurio du 27/06/1973 : “Militares al gabinete”, 3. Dans “Llamados a la FF.AA. son oportunistas y demagógicos”, La Prensa du 27/06/1973, 5. Ou encore dans : “Las Fuerzas Armadas y El Partido Socialista”, La Prensa du 28/06/1973, 6.
  427. (XIV) Cité dans Montes Larrain 1982, 99-100.
  428. Tome I, 212-213.
  429. Israel Zipper 2006, 142.
  430. Paris, Gallimard, coll. Folio, 1977, 75.
  431. ROBBE-GRILLET Alain, [1956] « Une voix pour le roman futur », dans Pour un nouveau roman, Les éditions de minuit, 2013, 17.
  432. Paris, Gallimard, coll. Nrf, 43ème éd., 1956, 84.
  433. Les doutes de Juan sont ceux du Parti National, cf. “Tenemos la sospecha de que pueda ser un ‘show’”, La Prensa du 01/07/1973, 5.
  434. Le général Bonilla relate à Carlos Prats une discussion qu’il a eut avec Frei en ce 1er juillet et qui est clair sur ce point [Prats 1973, 424].
  435. « Aux pieds » est une formule d’Andrés Sanfuentes mais sur les faits Prats est d’accord, cf. Prats 1973, 425 (il annonce le 03 juillet qu’il n’y aura pas de « participation inconditionnelle » au gouvernement.
  436. Montes Larrain 1982. 27.
  437. “UP y FER mantienen tomada escuela de derecho de la “U””, La Prensa du 03/07/1973, 5 (bas).
  438. Revue PEC, revue « sérieuse » proche de la droite [Bernedo 2003 dans Rolle (coord.) 2003, 64] en date du 06/07/73 [Id., 87].
  439. Tribuna, 07/07/1973, cité dans Bernedo 2003 dans Rolle (coord.) 2003, 87.
  440. Israel Zipper 2006, 96. [Ajout 06/04/2014 – pour la version du 13/02/2014 jusqu’à la note 453 décalage d’un numéro !]
  441. Prats 1973, 426 et s.
  442. Prats 1973, 431.
  443. “En la Plaza Bulnes recibieron marcha de los jóvenes UP”, La Prensa de Santiago, 06/07/1973, 12.
  444. Cf. DERRIDA Jacques, [1967] L’écriture et la différence, Paris, éd. du Seuil, coll. Points, 56-58.
  445. (XV) Citation d’Eluard.
  446. Dans La Vie immédiate, Gallimard, coll. nrf/Poésie, 97.
  447. Gonzalo Vial note avec raison, chapitre 4 de la biographie de Pinochet [2002], que, s’il en reçoit poliment des membres jamais Prats ne discute avec le Parti National. Sans doute à raison puisque l’opposition farouche de ce parti à Allende, n’aurait fait que perdre son temps à cet homme de la « trêve politique », mais c’est un fait.
  448. Prats 1973, 435.
  449. Gallimard, coll. Nrf/Poésie, 1969, 147.
  450. Op. cit., 110.
  451. Op. cit., 126.
  452. (Extrait d’un dialogue entre Juan et un professeur d’épistémologie) [Ajout de la mi-avril 2014]
  453. Gallimard, coll. nrf/Poésie, 32.
  454. Prats 1973, 437.
  455. Dans La Vie immédiate, op. cit., 92.
  456. Dans Donner à voir, Gallimard, coll. nrf/Poésie, 39.
  457. Prats 1973, 441.
  458. González 2012, 217.
  459. González 2012, 208.
  460. González 2012, 180.
  461. Cf. 1. XIII §4. Oui, il s’agissait de l’opération Charly fomentée par un groupe d’extrême-droite, cf. González 2012, 184.
  462. Salazar 2010, 355.
  463. Iturriaga 2003 dans Rolle (éd.) 2003, 333.
  464. González 2012, 228.
  465. Cf. Le prénom de Mathieu Delaporte, ou son adaptation au cinéma par Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte lui-même, en 2012.
  466. (XVI) Voir à ce sujet un très intéressant article de Hugo Palmarola, dans Rolle (éd.) 2003, pp. 225-295.
  467. Prats 1973, p. 463.
  468. « 192. Je dis qu’inventer des personnages pour comprendre des faits d’histoire, c’est comme maquiller les preuves. Ou plutôt, comme dit mon demi-frère, (…) introduire des éléments à charge sur les lieux du crime alors que les preuves jonchent le sol », HHhH (2010), Paris, Le livre de Poche, 2011, p. 309.
  469. González 2012, pp. 232-235 ; MAGASICH-AIROLA Jorge, [2008] Los Que Dijeron « No »: Historia del Movimiento de Los Marinos Antigolpistas de 1973, 2 vol., Chile, Santiago de Chile, LOM Ediciones, 902 p.
  470. Vial 2002, p. 178.
  471. Gonzalo Vial note [2002, p. 179] que Prats ne parle pas de ce « Comité des 15 » dans ses Mémoires, ce qui n’est pas totalement vrai. Page 423 on peut lire : « les généraux et amiraux concordent dans la nécessité urgente d’une trêve politique, exposent la nécessité d’appliquer diverses mesures du point de vue de la Défense Nationale. En tant que Commandant en chef le plus vieux, je leur signale qu’il serait bon qu’ils consignent leur pensée, listant les sujets qui touchent à la sécurité nationale, ce qui les préoccupent tant ». Le narrateur a retranscrit [1. XIV §13.2. ; Prats 1973, pp. 435-436] un extrait de Prats où l’on voit que bien après la remise du rapport, enterré évidemment pas Allende, les généraux avaient voulu continuer ces réunions, sans plus de buts précis comment les premières fois, et où on parlait politique, au grand damne de Pinochet. Certains auteurs ont fait de « Comité des 15 » une sorte d’antichambre de la conspiration, bras de l’hydre clandestine qui fomentait son complot contre le régime. Sans doute, mais il n’était pas si clandestin que cela, et Prats, le général légaliste et sans doute le plus proche d’Allende, lui a donné l’a pour ainsi dire créé lui-même… Cf. aussi González 2012, chap. XV.
  472. Vial 2002, p. 180.
  473. González 2012, p. 236.
  474. Vial 2002, p. 183.
  475. Prats 1973, p. 460.
  476. González 2012, p. 239.
  477. González 2012, p. 239.
  478. Sur cette page, Prats 1973, p. 470.
  479. Gallimard, coll. Folio, 1998, p. 293
  480. Ekaizer 2003, p. 37.
  481. Prats 1973, p. 478.
  482. Prats 1973, p. 479 ; Ekaizer 2003, p. 40.
  483. Débat rapporté par Touraine 1973, p. 95.
  484. González 2012, p. 246.
  485. (XVII) Vial 2002, p. 200.
  486. Cette page ne fait que romancer ce qu’écrit Prats dans ses Mémoires, Prats 1973, p. 484.
  487. González 2012, p. 205.
  488. Sur la réunion, González 2012, pp. 203-204.
  489. Cf. 1. XIII §4. Oui, il s’agissait de l’opération Charly fomentée par un groupe d’extrême-droite, cf. González 2012, 184.
  490. Vial 2002, p. 187.
  491. Ekaizer 2003, chap. 2.
  492. Salazar 2010, p. 354.
  493. Farías 2006, V, 191 et s..
  494. (XVIII) González 2012, 274.
  495. Selon Jaime Gazmuri, dans une interview au Mercurio, le 12 octobre 2002 ; Salazar 2010, p. 355.
  496. Salazar 2010, p. 354-355.
  497. Vial 2002, p. 201.
  498. Prats 1973, pp. 504-505. Alors qu’il visite l’Académie de Guerre, des jeunes élèves entonnent « Unissez-vous, merde ! Unissez-vous, merde !  », coupant la chique à leur chef. Celui-ci aurait timidement répliqué : « lorsque vous aurez terminé de vous réunir, comme vous dites, j’aimerais vous parler… » Le fait est aussi raconté par Vial [2002].
  499. Vial 2002, p. 202.
  500. Salazar 2010, p. 355.
  501. Salazar 2010, p. 353.
  502. González 2012, p. 277.
  503. González 2012, p. 275.
  504. C’est du moins ce qu’affirme Arturo Fontaine Aldunate dans Los economistas y el Presidente Pinochet, 12 et Gonzalo Vial dans son Pinochet, la biografía [2002], vol. 1, p. 231.
  505. Paris, Gallimard, coll. Folio, éd. revue par l’auteur, 43.
  506. Peña 2013, 107n.
  507. Garcés 1976, 357.
  508. González 2012, p. 298.
  509. Israel Zipper 2006, 291 qui cite lui-même Garcés Joan, [1976] Allende y le experiencia chilena, Barcelona, Ariel, 338.
  510. González 2012, p. 292.
  511. On consultera pour s’en convaincre le livre de Patricia Arancibia Clavel, Los Orígenes de la Violencia Política en Chile 1960 – 1973 (2001).
  512. Le retard du PS est narré par Vial 2002, p. 206, alors que Gonzalez n’en parle pas.
  513. Sur l’ensemble de la réunion González 2012, pp. 293-294.
  514. Prats 1973, pp. 509-510.
  515. C’est ce que confia Víctor Pey à Monica González, González 2012, p. 301.
  516. González 2012, 303.
  517. Paris, Gallimard, coll. Folio, 1979, 150.
  518. Vial 2002, 210.
  519. Pour les références sur cette journée, cf. Fernandez / Rampal 2003, 44.
  520. (XIX) Dans La Vie immédiate, op. cit., XIX, 98.
  521. Appel à la manifestation, El Mercurio, 10/09/1973, 7.
  522. Cité par El Mercurio, 11/09/1973, 20.
  523. El Mercurio, 10/09/1973, une.
  524. “Se ha perdido una trinchera”, La Noticias de Ultima hora du 10/09/1973, cité dans Fontaine et González (éds.) 1997, 920.
  525. Vial 2002, 206-207.