Extrait d’une lettre de Carlos Prats à Pinochet

Extrait d’une lettre que Carlos Prats a envoyée à Augusto Pinochet, le 15 septembre 1973 :

Le futur dira qui s’est trompé. Si ce que vous avez fait permet le bien-être général du pays et si le peuple sent réellement que s’impose une vraie justice sociale, je me réjouirai de m’être trompé, moi, à chercher de tout mon cœur une sortie politique qui aurait évité le coup d’Etat.

Je me permets de te demander de prendre en compte le cas de Fernando Flores. J’ai eu souvent à faire avec lui dans deux gouvernements différents et je suis convaincu que sa position était extraordinairement sensée et pondérée, malgré sa jeunesse, contribuant beaucoup à freiner l’impétuosité des autres avec ses francs conseils au Président.

Carlos Prats, Mémoires, 515


Chacun appréciera comme il veut la première partie de l’extrait de cette lettre, si Prats aurait dû se réjouir, finalement, ou pas, de l’évolution du Chili sous la Junte militaire, au cas où il n’aurait pas été assassiné par ses anciens compagnons d’armes et (pour certains) amis.

Pour la petite histoire, Fernando Flores, ministre du budget et de l’économie sous Allende, est aujourd’hui une figure controversée pour la gauche chilienne, suite à un certain rapprochement avec la droite modérée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *